Nouveau rapport spécial des groupes I et II du GIEC

Le nouveau rapport spécial des groupes I et II du GIEC sur la gestion des risques liés aux événements extrêmes pour l’adaptation (SREX) est sorti le 28 mars 2012.

Voici la référence: IPCC. Managing the Risks of Extreme Events and Disasters to Advance Climate Change Adaptation. A Special Report of Working Groups I and II of the Intergovernmental Panel on Climate Change [Field, C.B., V. Barros, T.F. Stocker,D. Qin, D.J. Dokken, K.L. Ebi, M.D. Mastrandrea, K.J. Mach, G.-K. Plattner, S.K. Allen, M. Tignor, and P.M. Midgley (eds.)]. Cambridge, UK, and New York, NY, USA,: Cambridge University Press, 2012.

Roger Pielke Jr, du Science and Technology Policy Research Center, de l’Université de Colorado, auteur de « The Honest Broker: Making Sens of Science in Policy and Politics« , et, souvent avec d’autres, comme Suraje Dessai, de nombreux articles critiques sur l’idée que la précision dans prédictions est une condition nécessaire pour le succès des stratégies d’adaptation de nos sociétés, et encore souvent critique du GIEC, en parle dans son blog, sans abandonner son style incisif, ici pour en faire l’éloge, notamment du chapitre 4, qui nuance, le lien entre pertes économiques résultantes d’événements extrêmes et changement climatique – lien qui attire, selon lui, tout particulièrement les « activistes ». Pour lui, ces conclusions du rapport, fourniraient aux acteurs concernés « a handy hullshit button on disasters and climate change« , à utiliser judicieusement, notamment lors de la lecture de certaines publications, à son sens redoutables, dans des médias renommés. Pour lui ce bouton est nécessaire pour commencer à regagner la crédibilité de certains espaces scientifiques et média.

Encore, ce commentaire de la publication souligne quelques choses interessantes, par exemple sue  « the report sidestepped the politically divisive issue of tougher action on curbing greenhouse gas emissions blamed for stoking global warming. U.N. climate talks have become bogged down over who should take most responsibility for action. Instead, it aimed to push adaptation to a warmer world, offering a range of strategies ». Ce qui renvoie à la vieille querelle si la focale mise sur l’adaptation porte attente à celle qu’on devrait porter à l’atténuation.

Trois choses ont été signales à ce sujet dans nos échanges:

1. Qu’il est intéressant de voir comme l’antagonisme entre mitigation et adaptation, qu’on croyait pourtant enterré depuis Delhi, revient dans le débat.

2. Qu’il serait intéressant de décrypter l’argumentaire « changement climatique » des gouvernements selon les choix économiques associés, en particulier vis à vis des aspects énergétiques où les orientations publiques pèsent lourd. Certains grands groupes industriels estimeraient avoir davantage d’opportunité de « business » dans une logique d’adaptation (services autour de l’adaptation dont services climatiques) que dans une logique d’atténuation (green business).

3. Que le problème est sans doute que certains milieux business souhaitent juste enterrer la mitigation sans tambours ni trompettes. Ce sont les milieux business localisés surtout dans les pays riches et plutôt bien placés géographiquement vis à vis des impacts.