Débats autour du downscaling

Cet article de R. Pielke Sr et R. Wilby a été signalé par Robert Vautard (LSCE) suite à notre 3ème réunion pour illustrer la discussion concernant le downscaling et la modélisation régionale.

Selon Wilby et Fowler, 2010. les méthodes de désagrégation (downscaling ou de réduction d’échelle) dynamique et statistique des modèles climatiques globaux  multidécennales permettent d’avoir des informations d’une résolution spatiale plus fine pour les évaluations de l’impact du climat. D’un côté, la désagrégation  dynamique est basée sur des modèles climatiques régionaux (généralement juste la partie atmosphérique) qui ont une résolution de grille plus fine des caractéristiques de surface tels que le terrain [al Castro et al., 2005]. La désagrégation statistique, d’un autre côté, utilise des fonctions de transfert (par exemple, les relations de régression) qui représentent les relations observées entre les variables atmosphériques à grande échelle et des mesures locales telles que les précipitations quotidiennes et la température [Wilby et Fowler, 2010]. Ces approches ont été couronnées de succès dans l’amélioration de la capacité de prévision du temps.
D’une part certains chercheurs utilisent l’expression «prédiction» à l’égard de futurs changements climatiques régionaux et les impacts [par exemple, Hurrell et al, 2009;. Shapiro et al, 2010.]. D’autres, en revanche, expriment de sérieuses réserves quant à la capacité qu’aurait la réduction d’échelle (le downscaling) de fournir des prévisions précises et détaillées, [voir Kerr, 2011].
L’article montre pourquoi les prévisions climatiques régionales (downscaling) ont une valeur pratique, mais avec la mise en garde très importante que le downscaling devrait être utilisé pour des expériences de sensibilité des modèles et non pas comme des prédictions.
C’est un court article assez radical. On peut le lire de différentes façons, nous suggère Robert Vautard: notamment la radicalité peut aussi être transformée en challenge, ce qui motive de fait la communauté « régionale ».

Référence:

Pielke Sr., Roger, and Robert L. Wilby. “Regional Climate Downscaling: What’s the Point?” Eos 93, no. 5 (January 31, 2012): 52–53.

Séance autour de l’adaptation dans le cadre du séminaire « Changement Climatique et Biosphère: Expertise, Futurs et Politiques » au Centre Koyré

On a eu le plaisir d’assister à la séance du séminaire Changement Climatique et Biosphère: Expertise, Futurs et Politiques, animée par Amy Dahan et Hélène Guillemot, qui a eu lieu mardi 27 Mars à 14h au Centre Koyré, 27, Rue Damesme-75013, sur « Questions autour de l’adaptation au Changement Climatique; Deux  cas: le Bengladesh, la France ».

D’abord, on a pu entendre, et discuter avec, Laurent Terray (Directeur de Recherche Cerfacs, Toulouse) qui nous nous a présenté un exposé sur  « La régionalisation des projections climatiques: les différentes approches et leurs problèmes ».

Ensuite, Christophe Buffet (CAK) nous a parlé d »Un forum hybride pour s’adapter au changement climatique : la « community-based adaptation ».

Enfin, Laurent Terray nous a parlé sur « L’adaptation aux changements climatiques en France: quelques réflexions à partir de deux exemples concrets ».

Nouveau rapport spécial des groupes I et II du GIEC

Le nouveau rapport spécial des groupes I et II du GIEC sur la gestion des risques liés aux événements extrêmes pour l’adaptation (SREX) est sorti le 28 mars 2012.

Voici la référence: IPCC. Managing the Risks of Extreme Events and Disasters to Advance Climate Change Adaptation. A Special Report of Working Groups I and II of the Intergovernmental Panel on Climate Change [Field, C.B., V. Barros, T.F. Stocker,D. Qin, D.J. Dokken, K.L. Ebi, M.D. Mastrandrea, K.J. Mach, G.-K. Plattner, S.K. Allen, M. Tignor, and P.M. Midgley (eds.)]. Cambridge, UK, and New York, NY, USA,: Cambridge University Press, 2012.

Roger Pielke Jr, du Science and Technology Policy Research Center, de l’Université de Colorado, auteur de « The Honest Broker: Making Sens of Science in Policy and Politics« , et, souvent avec d’autres, comme Suraje Dessai, de nombreux articles critiques sur l’idée que la précision dans prédictions est une condition nécessaire pour le succès des stratégies d’adaptation de nos sociétés, et encore souvent critique du GIEC, en parle dans son blog, sans abandonner son style incisif, ici pour en faire l’éloge, notamment du chapitre 4, qui nuance, le lien entre pertes économiques résultantes d’événements extrêmes et changement climatique – lien qui attire, selon lui, tout particulièrement les « activistes ». Pour lui, ces conclusions du rapport, fourniraient aux acteurs concernés « a handy hullshit button on disasters and climate change« , à utiliser judicieusement, notamment lors de la lecture de certaines publications, à son sens redoutables, dans des médias renommés. Pour lui ce bouton est nécessaire pour commencer à regagner la crédibilité de certains espaces scientifiques et média.

Encore, ce commentaire de la publication souligne quelques choses interessantes, par exemple sue  « the report sidestepped the politically divisive issue of tougher action on curbing greenhouse gas emissions blamed for stoking global warming. U.N. climate talks have become bogged down over who should take most responsibility for action. Instead, it aimed to push adaptation to a warmer world, offering a range of strategies ». Ce qui renvoie à la vieille querelle si la focale mise sur l’adaptation porte attente à celle qu’on devrait porter à l’atténuation.

Trois choses ont été signales à ce sujet dans nos échanges:

1. Qu’il est intéressant de voir comme l’antagonisme entre mitigation et adaptation, qu’on croyait pourtant enterré depuis Delhi, revient dans le débat.

2. Qu’il serait intéressant de décrypter l’argumentaire « changement climatique » des gouvernements selon les choix économiques associés, en particulier vis à vis des aspects énergétiques où les orientations publiques pèsent lourd. Certains grands groupes industriels estimeraient avoir davantage d’opportunité de « business » dans une logique d’adaptation (services autour de l’adaptation dont services climatiques) que dans une logique d’atténuation (green business).

3. Que le problème est sans doute que certains milieux business souhaitent juste enterrer la mitigation sans tambours ni trompettes. Ce sont les milieux business localisés surtout dans les pays riches et plutôt bien placés géographiquement vis à vis des impacts.

 

 

 

Le mythe du consensus scientifique autour du refroidissement global

Sur la persistance de vieilles croyances, par exemple celle que les climatologues avaient largement cru à un refroidissement global, dans les années 70. Voici un bon papier de Thomas Peterson sur le sujet pointé par Robert Vautard.

 

 

Rapport ADB « Addressing Climate Change and Migration in Asia and the Pacific »

Vient de paraître le rapport final du projet de la Banque Asiatique de Développement, « Addressing Climate Change and Migration in Asia and the Pacific »  qui a été préparé entre autres par François Gemenne (chercheur à l’IDDRI Sciences Po et membre de l’équipe de MEDEA). Le rapport a été présenté le 13 mars 2012 à Bangkok lors du Asia-Pacific Adaptation Forum, et constitue l’une des premières tentatives de développer un cadre politique régional pour traiter la question. N’hésitez pas à le faire circuler dans vos réseaux ! Voici le communiqué de presse.

 

Trois articles sur les impacts du changement climatique à discuter

Voici  quelques articles parus sur libération, intéressants et qui méritent tous une discussion approfondie dans le cadre de MEDEA: sur les événements extrêmes et le lien avec le réchauffement climatique selon une étude paru dans Nature; sur la remonté du climat méditerranéen jusqu’à Lyon présentant les résultats du projet CIMFOUREL (regardez les commentaires des lecteurs exprimant des doutes); et sur la fonte de la calotte du Groenland, plus rapide que l’on avait cru.

Les marchands de doute et les controverses scientifiques

Une conférence exceptionnelle organisée par la direction scientifique de Sciences Po, les Éditions Le Pommier, les Presses de Sciences Po et l’Institut du développement durable et des relations internationales (IDDI) s’est tenue jeudi 29 mars 2012,  de 17h00 à 19h00, à Sciences Po (Amphithéâtre Caquot) – 28, rue des Saints-Pères – 75006 Paris.

Aujourd’hui, aux États-Unis comme en France, la réflexion sur nos modes de production et de consommation, de nos choix énergétiques et des fondations sur lesquelles reposent nos économies conduit certains à remettre en cause la science du climat elle-même, une « vérité qui dérange ». À l’occasion de la venue de Naomi Oreskes en France, cette conférence mettra en évidence les ressorts et acteurs de ces controverses, et s’interrogera sur les rapports entre la science et la politique. La conférence est aussi organisée à l’occasion de la publication de deux ouvrages sur le sujet : Les Marchands de doute, de Naomi Oreskes, aux Éditions Le Pommier (trad. Jacques Treiner) ; et Controverses climatiques. Sciences et politique, édité par Edwin Zaccai, François Gemenne et Jean-Michel Decroly, aux Presses de Sciences Po.

 

Controverses retenues par les étudiants du cours « Controversy mapping » (2011-2012)

Six groupes d’étudiants du cours « controversies » à l’École de la communication de Sciences Po ont choisi les thèmes suivants pour leurs projets de cartographie de controverses:

La migration environnementale

«Y at-il des réfugiés environnementaux, et combien ? ». Celle-ci est une question controversée. Il manque une définition consensuelle de la «migration environnementale». De ce fait, cette question se chevauche avec le débat entre sonneurs d’alerte et négationistes : si un «réfugié climatique» catégorie existent, et comment le qualifier dans la formulation de lois et de politiques internationales sont les objets de cette controverse.

Biocarburants et le changement dans l’utilisation des terres

La culture massive pour la production de biocarburants a induit des changements dans les pratiques agricoles et des changements dans l’utilisation des terres. Ces changements, par exemple la conversion des forêts en vue de maintenir la production alimentaire, soulèvent de nouvelles questions concernant l’impact environnemental des biocarburants, même tout en étant produits en premier lieu pour mitiger le réchauffement climatique. Le groupe se concentrera sur l’exemple du Brésil.

CCS (Carbon Capture and Storage)

Cette nouvelle technologie vise à réduire les émissions de CO2 responsables du réchauffement climatique, grâce à la capture des émissions sur le site de l’émission (centrale électrique, sources industrielles, etc) suivi de leur transport et de leur stockage permanent. A un stade expérimental, cette technologie n’est pas encore stabilisée et implique un ensemble de questions économiques, environnementales et politiques intégrées à ces technologiques. Si le groupe se concentrera sur un projet expérimental particulier ou une technologie particulière n’est pas encore décidé.

La réduction de la taille des moutons

Au cours des 25 dernières années, il a été observé que la taille du mouton Soay moyenne est en baisse. Cette observation est établie et il n’y a pas de controverse. La controverse actuelle réside dans les causes de ce phénomène: certains scientifiques blâment exclusivement le réchauffement climatique; d’autres disent que le réchauffement climatique est en partie responsable mais d’autres facteurs seraient impliqués (disponibilité de la nourriture, les espèces, etc sexe); et encore d’autres scientifiques pensent que le réchauffement global ne joue aucun rôle dans ce changement. Notre question est la suivante: Les changements climatiques sont-ils bien la cause de la modification de la taille des moutons ?

Ouragans

Les ouragans s’ont-ils devenus plus graves à cause du réchauffement de la planète? Cyclones, typhons et ouragans ont toujours été parmi les catastrophes naturelles les plus meurtrières, mais avec le réchauffement climatique,  peuvent-ils causer des dommages encore plus grands dans l’avenir? Les changements des températures de la mer, du niveau des mers et la fonte des glaciers devrait servir d’alerte d’une prolifération des tempêtes de toutes sortes touchant particulièrement aux zones côtières.

Tuvalu

Il s’agit de savoir si les pays industrialisés doivent-ils fournir une compensation aux habitants de Tuvalu. Tuvalu est une nation insulaire de la Polynésie, située dans le milieu de l’océan Pacifique, entre Hawaii et l’Australie. Tuvalu est à seulement 4,6 mètres au dessus du niveau de la mer. Son gouvernement est préoccupé par les effets du changement climatique sur l’avenir du pays. Selon certains scientifiques l’avenir s’annonce sombre: la hausse du niveau des mers aurait commencé à empiéter sur les îles et la crainte que Tuvalu sera inhabitable ou disparaîtra complètement d’ici quelques décennies s’est emparée de ses habitants. Néanmoins, dans le court terme, d’autres effets néfastes des changements climatiques poseraient une menace plus importante à Tuvalu que les niveaux des mers.

Le gaz de schiste

La hausse des prix du pétrole, la pression socio-politique afin d’atténuer le changement climatique, ainsi que les récents développements technologiques en matière de forage ont rendu le gaz de schiste plus intéressant pour les acteurs publics et privés à travers le monde. Simultanément, les préoccupations sont soulevées dans divers milieux sur les justifications scientifiques, sociales et économiques pour puiser dans cette ressource naturelle. Ce projet mettra l’accent sur la controverse du gaz de schiste en France.

L’agriculture de conservation

Le travail du sol est défini comme l’acte de la préparation des terres pour l’élevage des cultures. Trois systèmes de labour peuvent être distingués: travail du sol intensif où moins de 15% des résidus de récolte reste sur le sol; travail réduit du sol où la proportion de résidus de cultures se situe entre 15 et 30%; et le labour de conservation (plus de 30% des résidus de culture). Dans les années 1940, plusieurs chercheurs américains, dont Faulkner, Klingman et Porter ont conçu une autre façon de cultiver: la culture sans labour (ou l’agriculture sans labour). La méthode de culture sans labour a été promue comme une pratique agricole sensée être «gagnant-gagnant»: elle améliore la durabilité de l’agriculture en atténuant les émissions de gaz à effet de serre et augmentant l’extension la productivité des sols.

La production de viande

Tout au long des derniers siècles, les niveaux de vie se sont grandement améliorées.  Une des conséquences en est l’augmentation de la consommation de viande. Cela pourrait être vu comme quelque chose de très positif, puisque la présence de protéines animales dans l’alimentation d’une personne est depuis longtemps définie par des scientifiques comme une influence déterminante sur le développement physique. Au contraire, de nombreuses ONG et autres acteurs influents affirment que la production de viande peut poser une grave menace pour le changement climatique. Le défrichement requis pour la production de viande a contribué à la hausse de dioxyde de carbone. En outre, les vaches libèrent un gaz à effet de serre, le méthane, à partir de leur processus de digestion. La consommation de viande représenterait alors une conduite irresponsable à l’égard de la protection de notre planète.

Energie: entre atténuation et adaptation

Discussion à propos des controverses sur climat, energie et ressources: atténuation ou adaptation? 

LSCE: Concernant nos discussions autour de la maladaptation, il serait intéressant de se pencher sur le cas de l’énergie, des ressources et du réchauffement climatique. Celui de l’impact sur les ecosystèmes et sa gestion aussi illustre bien le dégât que pourrait générer une mauvaise prise de décision. Quelques questions suscitant des débats à cet endroit:  comment concevoir/quantifier l’impact sur la biodiversité? quelles métriques, quels critères? Deux lectures:

  • Sur la partie Ecosystème: Pereira, H.M. et al., 2010. Scenarios for Global Biodiversity in the 21st Century. Science, 330(6010), pp.1496–1501.
  • Sur les scénorios climatiques et les contraintes énergétiques: Murray, J. & King, D., 2012. Climate policy: Oil’s tipping point has passed. Nature, 481(7382), pp.433–435.

Sciences Po IDDRI: Il faudrait discuter du champ thématique que l’on souhaite couvrir: le débat sur Climat et Energie est intéressant mais, même si indirectement les avancées ou non-avancées en termes d’atténuation vont avoir un effet sur les possibilités d’adaptation, il relève davantage de la thématique atténuation.

LSCE: Pourtant, le changement climatique aura des impacts sur la production d’énergie. Ex :

  • changement de la demande d’énergie hiver / été avec développement climatisation,
  • baisse production d’hydro électricité suite à fonte glaciers et baisse débits rivières…).
  • l’impact sur les renouvelables (éolien, solaire).
  • les vagues de chaleur (risques d’approvisionnement),
  • vagues de froid (risques de rupture, dimensionnement des réseaux de distribution)
  • les tempêtes (mais évolution climatique très incertaine)
  • mix de production européenne en tenant compte des changements climatiques régionaux. Les industriels de l’énergie se sont montrés les plus prompts à travailler sur le sujet du changement climatique.

Sciences Po IDDRI : Mais où est la controverse ? Les impacts du changement climatique sur les modes de production et de consommation de l’énergie font largement consensus. S’agit-il d’un univers controversé ? La question du choix du mix énergétique paraît davantage sujet à controverse et implique directement les décideurs, mais les éléments de la controverse tiennent davantage à l’atténuation.

LSCE: il y a plein de débats au niveau des scénarios énergétiques :

  • En quoi les prévisions climatiques à moyen terme doivent impacter les choix énergétiques ? Les connaissances sont elles suffisantes ?
  • Sur atténuation/adaptation: souvent les espèces s’adaptent au changement en imaginant des stratégies qui atténuent ses effets.

Sciences Po Médialab: Il faut continuer à brasser des idées jusqu’à on n’aura pas trouvé les bonnes controverses.

Les sujets les plus prometteurs restent, à notre avis, les services climatiques avec les deux côtés de la question: a. difficultés de downscaling, b. impacts sociaux et économiques (tourisme? santé? assurances? planning immobilier?) Ou encore le thème des incertitudes: “à quel point l’incertitude sur les projections climatiques aux échelles locales est-elle un frein à la prise de décision et à l’élaboration de stratégies d’adaptation pertinentes? » ou autrement formulée, « et si on avait toutes les données sur les projections climatiques, est-ce que les sociétés prendraient pour autant des décisions judicieuses, anticiperaient-elle vraiment sur le long terme ? ») reste pour moi centrale pour articuler le dialogue climato/sciences sociales

 

 

 

Maladaptation

Il a bien un lien intéressant entre maladaptation et le défit de J. Diamond dans Effondrement: comprendre pourquoi les sociétés font de mauvaises décisions en termes d’adaptation alors que ces décisions sont à première vue rationnelles socialement, politiquement, par rapport aux valeurs etc – mais pas écologiquement rationnelles… Dans ce sens, une bonne entrée possible pour l’étude des controverses est celle de la maladaptation et les ramifications. Puisque c’est difficile d’imaginer des stratégies d’adaptation concrètes (car impacts du changement climatique sont impalpables aux échelles locales plus le problème de l’échelle du temps long pour anticiper), alors vaut-il mieux « d’éviter les maladaptations”. On a des exemples discutés dans des publications récentes:

Sur cette question d’éviter la maladaptation, l’IDDRI participera à une importante conférence internationale en novembre 2012, au Bellagio Centre de la Fondation Rockefeller.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Impacts (échelle globale vs. régionale; court terme vs. long terme): downscaling et services climatiques pour l’adaptation

Sciences Po Médialab: Par rapport au dernier sous-thème du thème extrêmes climatiques: la question des échelles paraît particulièrement riche. Quel lien avec le downscaling et les services climatiques?

Sciences Po IDDRI: La question « Services climatiques » a fait l’objet d’un Séminaire IDDRI, IPSL et Météo-France dans le cadre de deux projets : Invulnerable-2 (financement GICC) et SECIF (financement ANR CEPS).

La question est en effet potentiellement un bon point d’entrée car elle peut rassembler des « controverses » à la fois : dans la sphère des climatologues : en effet autour des temporalités des simulations/prévisions et des gammes d’incertitude ; et dans la sphère des sciences sociales : en effet autour de questions type :

  • « dans quelle mesure a-t-on besoin d’une connaissance fine des impacts du CC sur tel territoire local ou tel secteur pour effectivement prendre des décisions judicieuses pour réduire la vulnérabilité ? » 
  • ou autrement dit « une meilleure connaissance de la fréquence et de l’ampleur des impacts induit-elle fatalement une meilleure anticipation de ces derniers ? »
  • ou encore « l’incertitude climatique (et sur les caractéristiques précises des impacts) est-elle réellement un frein à l’adaptation (ou du moins en est-elle le principal frein) ?

Sciences Po Médialab: Dans la littérature, ces questions de downscaling et services climatiques comment se posent-elles ? Dans quels forums se déploient-ils? Peut-on circonscrire ces débats territorialement (le débat français sur l’adaptation ne serait pas le même en France qu’ailleurs). Peut-on identifier un corpus spécifique pour la France?

Sciences Po IDDRI: On peut parler du cas français en intégrant de la biblio étrangère et des entretiens la seule option « robuste » pour pouvoir prendre un peu d’altitude au cours des trois années à venir. D’un point de vue ‘sciences sociales’, il me semble que les controverses qui sont les mieux ‘organisées’ en un corpus de littérature cohérent sont :

  • Indicateurs de vulnerabilité
  • Maladaptation
  • Migration comme échec ou stratégie d’adaptation
  • Financement

Sciences Po Médialab: Par rapport à la question des échelles de la modélisation/prévision, si je comprends bien on modélise relativement bien des changements météorologiques locaux à court terme et des changements climatiques globaux à long term mais aucune des deux corresponde à l’échelle caractéristique des initiatives qu’on appelle de ‘adaptation’. Ce qui pose un défit et des débats.

L’adaptation aux changements climatiques risque de se confondre avec la gestion des catastrophes la préparation au changement ainsi qu’avec le développement. Entre les deux il y a un espace d’incertitude scientifique (les modèles sont discutables et discutés), de lutte politique (les priorités d’action restent à fixer) et de compétition économique (des fluxes des ressources vont se mobiliser, mais on sait pas encore dans quelle direction).

Ce mélange semble propice aux controverses: quels sont-elles les questions de modélisation/prévision plus demandés et plus controversés en France aujourd’hui ? et pourquoi ? question des dommages liés à certains extrêmes climatiques et de leur compensation par les assurances ; question des impacts sur certaines productions agricoles et de leur minimisation;  question des impacts sur certaines régions et leur attractivité touristique ; question des impacts sur la santé et donc sur système sanitaire; et encore: quels extrêmes climatiques (pluie, monté de la mer, vent…) ? Quels productions agricoles (biomasses, vignes, céréales…) ? Quels activités touristiques (ski, plages…) ? Quels impacts sanitaires (épidémie grippales, canicule…) ? On doit au médialab les faire émerger via une exploration semi-automatique de la littérature scientifique et des discours média

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Proposition de thèmes et sous thèmes suscitant des débats

Au cours du mois de janvier et février nous avons eu des nombreux échanges sur la base de ce tableau préparé en février par le LSCE. Il résulte d’une discussion regroupant A. Mazaud, S. Charbit, G. Ramstein, R. Vautard et V. Masson-Delmotte pour lister certains points liés à la notion d’adaptation et qui peuvent donner lieu à des débats.

Thèmes

* « sous » thèmes

Extrêmes Climatiques

* Réalité / ressenti (mémoire de la société vs temps de retour des événements)

 

* Attribution

* Contrastes entre événements régionaux ou locaux et évolutions globales (perception d’une moyenne globale)

* Impacts (échelle globale vs régionale / court terme vs long terme)

Climat et assurances

 Evolution de la notion de catatrophe naturelle par rapport  :

1) à un état climatique moyen

2) à l’évolution des infrastructures

3) à la densité de population

A examiner en fonction de l’échelle de temps (court, moyen ou long terme). Evolution des coûts de dommages et attribution de cette évolution

Adaptation et gestion du risque à long terme

Comment les principes d’adaptation sont-ils élaborés par rapport au ratio contraintes économiques / incertitudes ?

 

Pertinence des adaptations pour nos sociétés-populations-économies

Cibles d’adaptation à court, moyen et long terme (Niveau des mers par exemple). Quels sont les aspects irréversibles ?

Écosystèmes

Climat et forêts : risques d’incendies, dépérissements : impacts sur les ressources d’énergie liées à la biomasse

Impact du changement climatique sur la production agricole et viticole

Impact du changement climatique sur la biodiversité :

Notion de service écosytémique

 

Quelle est la pertinence des stratégies de fond d’adaptation sur la préservation ou le reboisement des forêts par rapport au bilan réel de CO2 ? Quantification en terme de « valeur marchande » (vision anthropomorphique)

Tourisme et changement climatique

Evolution de l’attractivité de certaines régions (enneigement en montagne, vagues de chaleur)

Réunion 4 à Sciences Po

Mercredi 14 mars, 2012 à Sciences Po, s’est tenue la 4ème réunion, cette fois avec tous les partenaires MEDEA: pour le médialab: Tommaso Venturini, Nicolas Baya-Laffite, Axel Meunier; pour l’IDDRI : Alexandre Magnan; pour le LSCE: Gilles Ramstein et Sylvie Charbit; et pour l’ENSAD : Timothée Collignon. ON a pu compter avec la présence de deux membres du Comité de conseil scientifique du projet: Amy Dahan (CNRS/EHESS) et Bruno Latour (Sciences Po)

Programme

9h45-11h45 Sur la cartographie de controverses: Tour de table. Présentation du projet par Tommaso Venturini et Nicolas Baya Laffite. Le lien avec EMAPS par Axel Meunier. Quelques exemples de cartographie de controverses par Tommaso Venturini. Contribution par Bruno Latour.

 11h15-13h00 Sur les controverses autour de l’adaptation à étudier: Identifier les débats sur l’adaptation en France : Quels débats, où se déploient-ils et quels sont les acteurs et lieux concernés. Comment les étudier ? Etat des lieux des discussions entre les partenaires à ce jour. Discussion ouverte. Contributions par Amy Dahan et Bruno Latour.

 13h-14h  Déjeuner et suite de la discussion

 14h-16h00 Conclusions de la discussion et questions relatives à la gestion du projet: Prochains pas pour l’avancement du projet. Le recrutement du post-doc LSCE. Constitution d’un comité de suivi et conseil scientifique ; engagement avec les partenaires sociaux et média;  collaboration avec d’autres projets et équipes travaillant sur l’adaptation. Modalités de la collaboration entre les partenaires (outils de collaboration et management, le site web, etc).

Introduction et discussion sur la cartographie de controverses

  • Suite à un tour de table, la quatrième réunion a commencé par un rappel des objectifs du projet MEDEA, à savoir produire et de disséminer une plateforme on-line présentant une cartographie des controverses autour de l’adaptation en France.
  • On a précisé ensuite l’objectif de la réunion, à savoir préciser davantage l’approche de la cartographie de controverses et faire le choix des sous-controverses autour de l’adaptation aux changements climatiques à étudier.
  • MEDEA est proche du projet EMAPS. Tous les deux portent sur l’utilisation de la cartographie des controverses pour équiper les publics avec des outils pour s’engager dans les débats socio-techniques autour de l’adaptation. Pourtant chaque projet est différent, d’abord en ce qu’ils réunissent des partenaires différents à l’exception de Sciences Po, et ensuite en ce qu’ils répondent des types d’appel d’offre différents. En effet, MEDEA répond à l’appel CEP&S, alors qu’EMAPS répond à un appel à projets européen portant sur la communication scientifique et les outils de débat et participation on-line. En outre, MEDEA se borne aux débats sur l’adaptation en France, alors qu’EMAPS porte sur ces débats en Europe et ailleurs. EMAPS en plus étudie un autre cas de controverse, celui du vieillissement des populations.
  • On a rappelé que terme « controverse » est un terme méthodologique très flexible et que les controverses sociotechniques d’aujourd’hui ne sont plus celles hier, notamment en ce qu’elles peuvent être entretenues artificiellement, comme l’a démontré Oreskes dans son ouvrage « Marchands of doubt ».
  • Concernant les controverses sur l’adaptation on s’est interrogé sur l’existence d’une spécificité française de ces controverses.
  • Cela requiert de définir une topologie française des institutions et des acteurs concernés par ces débats.
  • Il s’agit de constituer un corpus textuel de ces débats pour observer la complexité et l’incertitude des débats sans réductionnismes simplistes, mais en la rendant lisible.
  • Le Medialab travail depuis longtemps à mettre en place des outils d’analyse socio-technique sur le web. On a pu voir en détail les différents couches constituant un site de cartographie de controverses à partir des nombreux travaux réalisés par les étudiants de Sciences Po.
  • Des questions importantes se sont posées : La production d’un tel dispositif on-line pose la problématique du vieillissement et de la pérennité de la plateforme mise en place. La pérennité du site est un vrai défi pour ce projet. Cette question reste un point important à discuter dans le futur. Comment ces outils peuvent intervenir dans ces communautés d’acteurs concernés par ces sujets ? Comment gère-t-on la question de la dichotomie entre le monde des experts et monde des « profanes » impliqués ? La question du langage et du vocabulaire utilisé pour communiquer les controverses.
  • On doit produire une plateforme spécifique résultant de l’étudie les débats scientifiques politiques et sociales, autour des questions d’adaptation en France. Pour cela il faut constituer d’abord un corpus textuel de discours scientifiques et sociétaux autour de la ou des sous-controverses retenues, ensuite les analyser, les intégrer et les représenter dans la plateforme. Chaque débat sociotechnique entraine une dynamique différente et donc une structuration différente de la plateforme de cartographie de controverse. Il y a pourtant une forme générique comme le montrent les exemples issus du cours de cartographie des controverses.
  • L’idée est que la diffusion de la plateforme serve à équiper les publics concernés pour doit changer la manière dont on perçoit les débats sociotechniques. Le public est en fait pluriel, les publics, constitués des différents acteurs de la controverse. Il faut donc créer une communauté dynamique de beta testeurs qui va faire vivre le site. Est ce qu’il existe des instruments pour repérer les publics, variables selon les enjeux et les controverses ?

Identifier les débats sur l’adaptation en France

  • On a fait le bilan des sujets proposés jusqu’alors :

–       Débats autour du financement de l’adaptation

–       Indicateurs de vulnérabilité

–       Débats autour de la prédiction de l’évolution climatique et la question du court terme et long terme et de l’échelle globale et l’échelle régionale. Débats autour du downscaling avec le tournant vers les prévisions décennales et régionales.

–       Les services climatiques. Rapport producteurs et utilisateurs des services climatiques. La demande au niveau local des services climatiques (l’industrie dans ses différents secteurs y compris le tourisme ).  Gestion de l’interface entre les utilisateurs et les producteurs de connaissances. La question de la co-production des savoirs.

–       Débats si il y’a besoin effectivement  de meilleurs prévisions pour s’adapter et réduire les incertitudes

–       Géoingénierie

–       Évènements extrêmes (possible lien avec les assurences)

–       Energie

–       Biodiversité

Les débats socio-techniques sur l’adaptation : la montée du niveau de la mer sur les côtes bretonnes et la gestion du  bassin de la Garonne

  • La question des événements extrêmes.
  • Comment on quantifie le seuil de changement climatique que va produire une montée deu niveau marin dangereuse
  • Peut-on prévoir de combien la mer va-t-elle augmenter? Et dans combien d’années?
  • Faut-il faire du repli stratégique ?
  • Comment les bureaux d’études transforment les incertitudes de la littérature scientifiques dans des réponses certaines pour leurs utilisation dans les politiques d’adaptation.
  • Quel est le rôle des événements extrêmes ?
  • Quelle est la contribution du dilatation thermique de l’eau marine et de la fonte de la calotte ? (Il a très peu de modèles de la fonte de calotte et ils sont très incertains)

La modélisation face aux enjeux de l’adaptation en France : la question des échelles et des approches du downscaling

  • Raccourcissement des horizons temporels des prévisions / prédictions.
  • Jusqu’à quelle échelle spatiale on peut descendre dans les prévisions (controverses entre les modelisateurs régional et le les modelisateurs globaux)
  • Différence de culture épistémique : l’approche des modèles régionaux est complètement différente de celle des modèles globaux. Comment on passe des uns aux autres?
  • Il a des entreprises privées qui s’occupent du downscaling (souvent de spin-off de laboratoires scientifiques). ex. Cleanpath

–       parce-que cela rapporte de l’argent

–       parce-que cela ne permet pas de publier dans des bonnes revues

–       « c’est un travail d’ingénieur »

–       EDF a crée une équipe de recherche

La controverse sur le cadrage du problème de l’adaptation : a-t-on besoin de prédictions plus précises pour s’adapter ?

 

  • Est-il vraiment nécessaire de prévoir pour s’adapter? La question ne serait pas selon certain si l’on peut arriver à faire des prévisions décennales mais si cela sert à quelque chose. Peut cela induire une stratégie qui n’intègre pas les éléments à long terme.
  • La question du downscaling – est ce que downscaling est le facteur limitant ?
  • La question des incertitudes : jusque quel point l’incertitude est un frein pour l’intégration ou la mise en œuvre de l’adaptation ?

Géo-ingéniérie et adaptation en France

  • On a insisté, à nouveau, sur le fait qu’une importante question émergente pour l’adaptation est celle de la géoingénierie.

Sur la gestion du projet

 

  • Il est apparu que MEDEA, tout en ayant un objet spécifique de recherche, à savoir les controverses sur l’adaptation que l’on retiendra, à intérêt à se rapprocher et établir des collaborations avec d’autres projets travaillant sur l’adaptation, notamment :

–       SECIF Vers des Services Climatiques aux industries Françaises, coordonné par Pascale BRACONNOT (IPSL/CNRS)

–       CLIMACONF Les questions de la confiance dans le réchauffement global: modélisation du climat, expertise et lien au politique. coordonné par Amy Dahan, CAK/EHESS

–       COCORISCO COnnaissance, COmpréhension et gestion des RIsques Cotiers, coordonné par Alain HENAFF (LETG)

–       ADAPT’EAU Adaptation aux variations des régimes hydrologiques (crues-étiages) dans l’Environnement Fluvio-Estuarien de la Garonne-Gironde. Potentialités, mise à l’épreuve et gouvernance d’Options d’Adaptation, coordonné par Denis Salles (CEMAGREF)

  • Les modalités de la collaboration restent à définir, mais on a évoqué l’idée que MEDEA n’est pas la pour « mettre en valeur » la recherche des autres.
  • On a aussi discuté brièvement de la constitution du comité de suivi scientifique. Sont confirmés déjà Bruno Latour de Sciences Po et Amy Dahan, CNRS/CAK/EHESS.
  • Amy Dahan a passé l’invitation à son séminaire Changement Climatique et Biosphère: Expertise, Futurs et Politiques, le Mardi 27 Mars à 14hau Centre Koyré, 27, Rue Damesme-75013 Paris, 5è étage, dont la séance avait pour thème les questions autour de l’adaptation au changement climatique en Bengladesh et en France avec une double présentation par Laurent Terray (Directeur de Recherche Cerfacs, Toulouse):  « La régionalisation des projections climatiques: les différentes approches et leurs problèmes » et « L’adaptation aux changements climatiques en France: quelques réflexions à partir de deux exemples concrets » et une présentation par Christophe Buffet (CAK):  Un forum hybride pour s’adapter au changement climatique : la community-based adaptation »

 

 

 

Réunion 3 au LSCE

Le 8 mars 2012 s’est tenue une troisième réunion de travail au LSCE à Saclay avec la présence de Gilles Ramstein, Valérie Masson-Delmotte, Sylvie Charbit, Didier Paillard, et Robert Vautard côté LSCE, et Tommaso Venturini et Nicolas Baya-Laffite côté Sciences Po médialab. Cette réunion fut l’occasion de revenir sur certains aspects de l’approche de la cartographie de controverses et de continuer à explorer les différents débats sur l’adaptation.

Sur la cartographie de controverses:

 On a commencé par faire le point sur la question de l’utilisation du terme « controverses » ou du terme « débat ». A ce propos, on a convenu que le terme controverses était pertinent et convenable, car il est suffisamment flexible pour rendre compte des différentes débats, disputes, ou querelles tant scientifiques et techniques que sociétales et politiques qui touchent à l’adaptation.

On a rappelé également que l’objectif ultime du projet est concrètement de fournir une plateforme on-line représentant une série de controverses sur l’adaptation afin d’équiper les publics concernés avec des outils leur permettant de mieux s’engager dans les débats.  On a rappelé que dans le cadre d’EMAPS, le département de planification territoriale de l’Université de Dortmund mènera des études de cas  et que l’on peut établir éventuellement des comparaisons avec la France.

Sur les controverses autour de l’adaptation à étudier:

L’interface entre la recherche scientifique et les politiques d’adaptation en France.

L’interface entre recherche et politiques est apparu comme l’espace propice à l’identification de controverses:  l’espace entre la recherche et les politiques ou d’autres acteurs qui cherchent des réponses. Il importe dans ce sens, de se pencher sur le cadre des obligations imposées par la Loi Grenelle II, notamment la réalisation des Plan climat énergie territorial (PCET). Pour produire ce plans le collectivités ne récurrent pas directement aux laboratoires de climatologie, mais à des bureaux d’études qui rassemblent et synthétisent la littérature scientifique. Cela pose la question du risque de dérapage avec les bureaux d’études fournissant des expertises de mauvaise qualité ou tout simplement erronées sans une interface effective avec la recherche scientifique.

Exemples de gestion de l’adaptation en France

Dans ce cadre on a évoqué quelques exemples de gestion de l’adaptation en France. Un cas discuté à cet endroit fut celui des habitants des zones côtières françaises, par exemple en Bretagne, qui sont exposés aux risques de la montée des eaux résultant du réchauffement climatique et s’organisent pour trouver des informations qui font autorité pour participer de la décision sur les stratégies d’adaptation. On commence à voir des rencontres disciplinaires pour s’attaquer à ce type de problèmes. Il y a plein de problèmes de géomorphologie. Les zones côtières posent des questions d’attribution. Il y a des causes multiples à un symptôme local, mais la cause est globale. L’érosion des côtes observée tient à ce qu’on a mis de barrages, on empêche le flux de sédiments, le niveaux des eaux va monter mais du fait de l’érosion des côtes. Il y a la fonte des glacières et des glaces. Ce qui va être affecté par la fonte du Groenland ce n’est pas l’Atlantique nord, mais les tropiques et l’Atlantique sud. Sur cette question de la gestion des risques côtiers, il y a le projet COCORISCO ANR CEP&S2011. Un autre projet portant sur un cas intéressant comme terrain de controverses pour MEDEA est ADAPT’EAU. Il faut voir le site de l’ONERC pour repérer les projets sur l’adaptation

La modélisation du climat face aux enjeux de l’adaptation en France : la question des échelles et des approches du downscaling

Dans le cadre d’une politique d’adaptation planifiée, la question du raccourcissement d’échelles pour la modélisation régional  est centrale (prévision décennale, régionalisation, désagrégation, downscaling). La question fait débat autour des approches des équipes de recherche, des limites, des incertitudes…

L’entrée par l’évolution des précipitations : La question se pose avec grande acuité par exemple quant à la prévision des précipitations. Les températures c’est un champ très « smouth ». A quelle échelle que tu regardes c’est très facile de passer d’une à autre. Les précipitations, en revanche, c’est une question très patchy, très sensible à la résolution. Ici, descendre en résolution c’est surtout améliorer le cycle de l’eau. Il y a plein de problèmes techniques et scientifiques. Si on descend, on doit résoudre les nuages.

Quelle est la question du débat? : On entend dire les régionalistes: « les modèles globaux sont biaisés et ils emportent de la pollution dans nos modèles ». Comment rectifie-t-on les erreurs? Quelle est la meilleure démarche scientifique? Qui a raison?  Jusqu’où peut-on aller? Est-ce que cela apporte quelque chose? Les régionaux vont dire oui. Les globaux non.

Où discute-t-on de ces questions?: Il y a des papiers, mais pas énormément. La question se discute et il y a des communautés qui s’affrontent, des équipes, même dans un même labo. Il y a des équipes qui travaillent sur la modélisation régionale (L’Europe, l’Afrique) d’un côté. Il y a la communauté des modernisateurs globaux de l’autre.  Ils cohabitent assez souvent. Est-ce que c’est publié? Le débat c’est plutôt de couloir, et donc par conséquent la question doit être étudiée par des entretiens.

Ce débat a-t-il lieu la France? Un débat trop technique et donc inintéressant pour le public? : Ce débat est global mais il se décline en France. Il s’est posé la question de savoir si ce débat très technique et interne à la communauté des modélisateurs est véritablement intéressant pour MEDEA. On a objecté que ce débat technique risque de tout coopter. La question est très bien pour la collaboration entre LSCE et Sciences Po, mais est-ce que cela est intéressant pour le public de MEDEA? Il serait inintéressant de se borner à faire l’état de l’art de cette question très technique et encore de faire que le post-doc travaille sur cette question pour ne faire que constater que « oui il y a des limites, oui il y a des incertitudes ». Plus intéressant, en revanche, serait de chercher à éclairer les citoyens sur les questions de débat plus importantes. Mais quels sont les débats qui concernent la société: certainement celle du niveau de la mer suscite des débats.  Mais donc s’agit-il d’informer le public? Quel est le public ou quels sont les publics de MEDEA? 

Pour illustrer cette discussion sur le downscaling et modélisation régionale, un court article critique et assez radical a été signalé (RV). La radicalité peut être transformée en challenge, ce qui motive de fait la communauté « régionale » : Pielke Sr., R. & Wilby, R.L., 2012. Regional climate downscaling: What’s the point? Eos, 93(5), p 52-53.

Sur la question plus précise de la construction de la confiance dans les modèles une collaboration avec le projet ANR CLIMACONF est envisageable, car Amy Dahan, la responsable est membre du conseil de suivi scientifique de MEDEA

Les services climatiques pour l’adaptation en France

Entre la question de la régionalisation, la descente en échelle et les services climatiques, il y a eu le projet DRIAS, et il y a actuellement le projet SECIF. La question des services climatiques peut être considérée comme étant étroitement lié à la demande d’information pour des stratégies d’adaptation éclairées. Selon Amy Dahan, la question suscite des débats quant à l’intérêt qu’il y aurait à aller dans le sens d’un développement des services climatiques, ce qui requerrait une transformation des politiques de financement et d’organisation de la recherche qui ne semble pas faire consensus. Mais cette question peut être également comprise comme une « tarte à la crème » résultante de l’évolution particulière de la question climatique aux Etats-unis, où l’on parle recherche sur les services climatiques pour faire en fait de la recherche sur le changement climatique. Autrement dit, aux Etats Unis, l’adaptation et les services climatiques sont mis en avant pour ‘cacher’ la recherche sur le changement climatique.

Changement climatique et évènements extrêmes : prédiction, attribution, et adaptation en France. Le lien avec les assurances

La question des extrêmes climatiques, les vagues de chaleur, Xynthia 2010, par exemple, a été un sujet longuement discuté. On a évoqué la question des digues qui ont été construits il y a long temps. Les infrastructures plus anciennes éteint conçues avec une marge d’erreur plus importante qu’aujourd’hui. Ce qui s’est traduit dans une certaine flexibilité qu’on a perdu aujourd’hui. Cela renvoie à la question de la maladaptation résultante d’une trop excessive confiance dans certains calculs, comme le montre l’exemple de Fukushima ou les digues de 14 mètres n’ont pas seulement échoué à résister le Tsunami, mais ont finit par contribuer à la catastrophe car ils ont retenu l’eau après le Tsunami.

Impacts du changement climatique, adaptation et énergie en France

Le rapport énergie et climat est un autre sujet important de débat. Le climat induit-il des choix énergétiques. Comment on utilise-t-on le changement climat pour aller dans un sens ou dans un autre. Ici on retrouve également Xynthia. Il y a un article de Francis Chateaureynaud sur comment la question climatique a été utilisée par le nucléaire pour lier énergie nucléaire et changement climatique. Voici un billet de son blog sur la question.

S’est posé la question de savoir si ce sujet relève de l’adaptation ou plutôt de l’atténuation (mitigation). Il importe également à ce sujet de remarquer que souvent on regarde la question sur l’angle de l’émission de CO2, mais la question pour nous devrait être celle de la vulnérabilité de la production d’énergie. L’accident de Fukushima en est un point d’inflexion. Les vagues de chaleur posent aussi un risque, avec la température de rejet. Les normes de température de rejet ont été relevées en 2003. A 2050, la demande énergétique augmentera en été et il y aura en même temps une baisse de production.

Géo-ingéniérie et adaptation en France

Une importante question émergente pour l’adaptation est celle de la géoingénierie. L’ANR lance des atéliers des prospective sur la géoingénierie. L’ANR n’a jamais financé des projets pour étudier la physique du climat.

Sur la gestion du projet

Sur les sources: On travaille sur quel type de sources se référant aux différents acteurs: populations, associations, décideurs, élus, industriels, scientifiques, etc. Articles scientifiques, littérature grise, brochures contenu de sites web, blogs, presse nationale et régionale, transcriptions de débats publics où s’expriment les les élus, les associations et les industriels, entretiens,

Sur les outils de collaboration et de management: on a ouvert ce carnet de recherche hypothèse.org et pour la gestion de bibliographie on a crée un groupe MEDEA sur Mendeley. On a un drop box du projet où vous mettez les papiers et documents que vous voulez partager.