Débats autour du downscaling

Cet article de R. Pielke Sr et R. Wilby a été signalé par Robert Vautard (LSCE) suite à notre 3ème réunion pour illustrer la discussion concernant le downscaling et la modélisation régionale.

Selon Wilby et Fowler, 2010. les méthodes de désagrégation (downscaling ou de réduction d’échelle) dynamique et statistique des modèles climatiques globaux  multidécennales permettent d’avoir des informations d’une résolution spatiale plus fine pour les évaluations de l’impact du climat. D’un côté, la désagrégation  dynamique est basée sur des modèles climatiques régionaux (généralement juste la partie atmosphérique) qui ont une résolution de grille plus fine des caractéristiques de surface tels que le terrain [al Castro et al., 2005]. La désagrégation statistique, d’un autre côté, utilise des fonctions de transfert (par exemple, les relations de régression) qui représentent les relations observées entre les variables atmosphériques à grande échelle et des mesures locales telles que les précipitations quotidiennes et la température [Wilby et Fowler, 2010]. Ces approches ont été couronnées de succès dans l’amélioration de la capacité de prévision du temps.
D’une part certains chercheurs utilisent l’expression «prédiction» à l’égard de futurs changements climatiques régionaux et les impacts [par exemple, Hurrell et al, 2009;. Shapiro et al, 2010.]. D’autres, en revanche, expriment de sérieuses réserves quant à la capacité qu’aurait la réduction d’échelle (le downscaling) de fournir des prévisions précises et détaillées, [voir Kerr, 2011].
L’article montre pourquoi les prévisions climatiques régionales (downscaling) ont une valeur pratique, mais avec la mise en garde très importante que le downscaling devrait être utilisé pour des expériences de sensibilité des modèles et non pas comme des prédictions.
C’est un court article assez radical. On peut le lire de différentes façons, nous suggère Robert Vautard: notamment la radicalité peut aussi être transformée en challenge, ce qui motive de fait la communauté « régionale ».

Référence:

Pielke Sr., Roger, and Robert L. Wilby. “Regional Climate Downscaling: What’s the Point?” Eos 93, no. 5 (January 31, 2012): 52–53.

Nouveau rapport spécial des groupes I et II du GIEC

Le nouveau rapport spécial des groupes I et II du GIEC sur la gestion des risques liés aux événements extrêmes pour l’adaptation (SREX) est sorti le 28 mars 2012.

Voici la référence: IPCC. Managing the Risks of Extreme Events and Disasters to Advance Climate Change Adaptation. A Special Report of Working Groups I and II of the Intergovernmental Panel on Climate Change [Field, C.B., V. Barros, T.F. Stocker,D. Qin, D.J. Dokken, K.L. Ebi, M.D. Mastrandrea, K.J. Mach, G.-K. Plattner, S.K. Allen, M. Tignor, and P.M. Midgley (eds.)]. Cambridge, UK, and New York, NY, USA,: Cambridge University Press, 2012.

Roger Pielke Jr, du Science and Technology Policy Research Center, de l’Université de Colorado, auteur de « The Honest Broker: Making Sens of Science in Policy and Politics« , et, souvent avec d’autres, comme Suraje Dessai, de nombreux articles critiques sur l’idée que la précision dans prédictions est une condition nécessaire pour le succès des stratégies d’adaptation de nos sociétés, et encore souvent critique du GIEC, en parle dans son blog, sans abandonner son style incisif, ici pour en faire l’éloge, notamment du chapitre 4, qui nuance, le lien entre pertes économiques résultantes d’événements extrêmes et changement climatique – lien qui attire, selon lui, tout particulièrement les « activistes ». Pour lui, ces conclusions du rapport, fourniraient aux acteurs concernés « a handy hullshit button on disasters and climate change« , à utiliser judicieusement, notamment lors de la lecture de certaines publications, à son sens redoutables, dans des médias renommés. Pour lui ce bouton est nécessaire pour commencer à regagner la crédibilité de certains espaces scientifiques et média.

Encore, ce commentaire de la publication souligne quelques choses interessantes, par exemple sue  « the report sidestepped the politically divisive issue of tougher action on curbing greenhouse gas emissions blamed for stoking global warming. U.N. climate talks have become bogged down over who should take most responsibility for action. Instead, it aimed to push adaptation to a warmer world, offering a range of strategies ». Ce qui renvoie à la vieille querelle si la focale mise sur l’adaptation porte attente à celle qu’on devrait porter à l’atténuation.

Trois choses ont été signales à ce sujet dans nos échanges:

1. Qu’il est intéressant de voir comme l’antagonisme entre mitigation et adaptation, qu’on croyait pourtant enterré depuis Delhi, revient dans le débat.

2. Qu’il serait intéressant de décrypter l’argumentaire « changement climatique » des gouvernements selon les choix économiques associés, en particulier vis à vis des aspects énergétiques où les orientations publiques pèsent lourd. Certains grands groupes industriels estimeraient avoir davantage d’opportunité de « business » dans une logique d’adaptation (services autour de l’adaptation dont services climatiques) que dans une logique d’atténuation (green business).

3. Que le problème est sans doute que certains milieux business souhaitent juste enterrer la mitigation sans tambours ni trompettes. Ce sont les milieux business localisés surtout dans les pays riches et plutôt bien placés géographiquement vis à vis des impacts.

 

 

 

Le mythe du consensus scientifique autour du refroidissement global

Sur la persistance de vieilles croyances, par exemple celle que les climatologues avaient largement cru à un refroidissement global, dans les années 70. Voici un bon papier de Thomas Peterson sur le sujet pointé par Robert Vautard.

 

 

Rapport ADB « Addressing Climate Change and Migration in Asia and the Pacific »

Vient de paraître le rapport final du projet de la Banque Asiatique de Développement, « Addressing Climate Change and Migration in Asia and the Pacific »  qui a été préparé entre autres par François Gemenne (chercheur à l’IDDRI Sciences Po et membre de l’équipe de MEDEA). Le rapport a été présenté le 13 mars 2012 à Bangkok lors du Asia-Pacific Adaptation Forum, et constitue l’une des premières tentatives de développer un cadre politique régional pour traiter la question. N’hésitez pas à le faire circuler dans vos réseaux ! Voici le communiqué de presse.

 

Trois articles sur les impacts du changement climatique à discuter

Voici  quelques articles parus sur libération, intéressants et qui méritent tous une discussion approfondie dans le cadre de MEDEA: sur les événements extrêmes et le lien avec le réchauffement climatique selon une étude paru dans Nature; sur la remonté du climat méditerranéen jusqu’à Lyon présentant les résultats du projet CIMFOUREL (regardez les commentaires des lecteurs exprimant des doutes); et sur la fonte de la calotte du Groenland, plus rapide que l’on avait cru.

Les marchands de doute et les controverses scientifiques

Une conférence exceptionnelle organisée par la direction scientifique de Sciences Po, les Éditions Le Pommier, les Presses de Sciences Po et l’Institut du développement durable et des relations internationales (IDDI) s’est tenue jeudi 29 mars 2012,  de 17h00 à 19h00, à Sciences Po (Amphithéâtre Caquot) – 28, rue des Saints-Pères – 75006 Paris.

Aujourd’hui, aux États-Unis comme en France, la réflexion sur nos modes de production et de consommation, de nos choix énergétiques et des fondations sur lesquelles reposent nos économies conduit certains à remettre en cause la science du climat elle-même, une « vérité qui dérange ». À l’occasion de la venue de Naomi Oreskes en France, cette conférence mettra en évidence les ressorts et acteurs de ces controverses, et s’interrogera sur les rapports entre la science et la politique. La conférence est aussi organisée à l’occasion de la publication de deux ouvrages sur le sujet : Les Marchands de doute, de Naomi Oreskes, aux Éditions Le Pommier (trad. Jacques Treiner) ; et Controverses climatiques. Sciences et politique, édité par Edwin Zaccai, François Gemenne et Jean-Michel Decroly, aux Presses de Sciences Po.