Controverses retenues par les étudiants du cours « Controversy mapping » (2011-2012)

Six groupes d’étudiants du cours « controversies » à l’École de la communication de Sciences Po ont choisi les thèmes suivants pour leurs projets de cartographie de controverses:

La migration environnementale

«Y at-il des réfugiés environnementaux, et combien ? ». Celle-ci est une question controversée. Il manque une définition consensuelle de la «migration environnementale». De ce fait, cette question se chevauche avec le débat entre sonneurs d’alerte et négationistes : si un «réfugié climatique» catégorie existent, et comment le qualifier dans la formulation de lois et de politiques internationales sont les objets de cette controverse.

Biocarburants et le changement dans l’utilisation des terres

La culture massive pour la production de biocarburants a induit des changements dans les pratiques agricoles et des changements dans l’utilisation des terres. Ces changements, par exemple la conversion des forêts en vue de maintenir la production alimentaire, soulèvent de nouvelles questions concernant l’impact environnemental des biocarburants, même tout en étant produits en premier lieu pour mitiger le réchauffement climatique. Le groupe se concentrera sur l’exemple du Brésil.

CCS (Carbon Capture and Storage)

Cette nouvelle technologie vise à réduire les émissions de CO2 responsables du réchauffement climatique, grâce à la capture des émissions sur le site de l’émission (centrale électrique, sources industrielles, etc) suivi de leur transport et de leur stockage permanent. A un stade expérimental, cette technologie n’est pas encore stabilisée et implique un ensemble de questions économiques, environnementales et politiques intégrées à ces technologiques. Si le groupe se concentrera sur un projet expérimental particulier ou une technologie particulière n’est pas encore décidé.

La réduction de la taille des moutons

Au cours des 25 dernières années, il a été observé que la taille du mouton Soay moyenne est en baisse. Cette observation est établie et il n’y a pas de controverse. La controverse actuelle réside dans les causes de ce phénomène: certains scientifiques blâment exclusivement le réchauffement climatique; d’autres disent que le réchauffement climatique est en partie responsable mais d’autres facteurs seraient impliqués (disponibilité de la nourriture, les espèces, etc sexe); et encore d’autres scientifiques pensent que le réchauffement global ne joue aucun rôle dans ce changement. Notre question est la suivante: Les changements climatiques sont-ils bien la cause de la modification de la taille des moutons ?

Ouragans

Les ouragans s’ont-ils devenus plus graves à cause du réchauffement de la planète? Cyclones, typhons et ouragans ont toujours été parmi les catastrophes naturelles les plus meurtrières, mais avec le réchauffement climatique,  peuvent-ils causer des dommages encore plus grands dans l’avenir? Les changements des températures de la mer, du niveau des mers et la fonte des glaciers devrait servir d’alerte d’une prolifération des tempêtes de toutes sortes touchant particulièrement aux zones côtières.

Tuvalu

Il s’agit de savoir si les pays industrialisés doivent-ils fournir une compensation aux habitants de Tuvalu. Tuvalu est une nation insulaire de la Polynésie, située dans le milieu de l’océan Pacifique, entre Hawaii et l’Australie. Tuvalu est à seulement 4,6 mètres au dessus du niveau de la mer. Son gouvernement est préoccupé par les effets du changement climatique sur l’avenir du pays. Selon certains scientifiques l’avenir s’annonce sombre: la hausse du niveau des mers aurait commencé à empiéter sur les îles et la crainte que Tuvalu sera inhabitable ou disparaîtra complètement d’ici quelques décennies s’est emparée de ses habitants. Néanmoins, dans le court terme, d’autres effets néfastes des changements climatiques poseraient une menace plus importante à Tuvalu que les niveaux des mers.

Le gaz de schiste

La hausse des prix du pétrole, la pression socio-politique afin d’atténuer le changement climatique, ainsi que les récents développements technologiques en matière de forage ont rendu le gaz de schiste plus intéressant pour les acteurs publics et privés à travers le monde. Simultanément, les préoccupations sont soulevées dans divers milieux sur les justifications scientifiques, sociales et économiques pour puiser dans cette ressource naturelle. Ce projet mettra l’accent sur la controverse du gaz de schiste en France.

L’agriculture de conservation

Le travail du sol est défini comme l’acte de la préparation des terres pour l’élevage des cultures. Trois systèmes de labour peuvent être distingués: travail du sol intensif où moins de 15% des résidus de récolte reste sur le sol; travail réduit du sol où la proportion de résidus de cultures se situe entre 15 et 30%; et le labour de conservation (plus de 30% des résidus de culture). Dans les années 1940, plusieurs chercheurs américains, dont Faulkner, Klingman et Porter ont conçu une autre façon de cultiver: la culture sans labour (ou l’agriculture sans labour). La méthode de culture sans labour a été promue comme une pratique agricole sensée être «gagnant-gagnant»: elle améliore la durabilité de l’agriculture en atténuant les émissions de gaz à effet de serre et augmentant l’extension la productivité des sols.

La production de viande

Tout au long des derniers siècles, les niveaux de vie se sont grandement améliorées.  Une des conséquences en est l’augmentation de la consommation de viande. Cela pourrait être vu comme quelque chose de très positif, puisque la présence de protéines animales dans l’alimentation d’une personne est depuis longtemps définie par des scientifiques comme une influence déterminante sur le développement physique. Au contraire, de nombreuses ONG et autres acteurs influents affirment que la production de viande peut poser une grave menace pour le changement climatique. Le défrichement requis pour la production de viande a contribué à la hausse de dioxyde de carbone. En outre, les vaches libèrent un gaz à effet de serre, le méthane, à partir de leur processus de digestion. La consommation de viande représenterait alors une conduite irresponsable à l’égard de la protection de notre planète.