Séance autour de l’adaptation dans le cadre du séminaire « Changement Climatique et Biosphère: Expertise, Futurs et Politiques » au Centre Koyré

On a eu le plaisir d’assister à la séance du séminaire Changement Climatique et Biosphère: Expertise, Futurs et Politiques, animée par Amy Dahan et Hélène Guillemot, qui a eu lieu mardi 27 Mars à 14h au Centre Koyré, 27, Rue Damesme-75013, sur « Questions autour de l’adaptation au Changement Climatique; Deux  cas: le Bengladesh, la France ».

D’abord, on a pu entendre, et discuter avec, Laurent Terray (Directeur de Recherche Cerfacs, Toulouse) qui nous nous a présenté un exposé sur  « La régionalisation des projections climatiques: les différentes approches et leurs problèmes ».

Ensuite, Christophe Buffet (CAK) nous a parlé d »Un forum hybride pour s’adapter au changement climatique : la « community-based adaptation ».

Enfin, Laurent Terray nous a parlé sur « L’adaptation aux changements climatiques en France: quelques réflexions à partir de deux exemples concrets ».

Réunion 4 à Sciences Po

Mercredi 14 mars, 2012 à Sciences Po, s’est tenue la 4ème réunion, cette fois avec tous les partenaires MEDEA: pour le médialab: Tommaso Venturini, Nicolas Baya-Laffite, Axel Meunier; pour l’IDDRI : Alexandre Magnan; pour le LSCE: Gilles Ramstein et Sylvie Charbit; et pour l’ENSAD : Timothée Collignon. ON a pu compter avec la présence de deux membres du Comité de conseil scientifique du projet: Amy Dahan (CNRS/EHESS) et Bruno Latour (Sciences Po)

Programme

9h45-11h45 Sur la cartographie de controverses: Tour de table. Présentation du projet par Tommaso Venturini et Nicolas Baya Laffite. Le lien avec EMAPS par Axel Meunier. Quelques exemples de cartographie de controverses par Tommaso Venturini. Contribution par Bruno Latour.

 11h15-13h00 Sur les controverses autour de l’adaptation à étudier: Identifier les débats sur l’adaptation en France : Quels débats, où se déploient-ils et quels sont les acteurs et lieux concernés. Comment les étudier ? Etat des lieux des discussions entre les partenaires à ce jour. Discussion ouverte. Contributions par Amy Dahan et Bruno Latour.

 13h-14h  Déjeuner et suite de la discussion

 14h-16h00 Conclusions de la discussion et questions relatives à la gestion du projet: Prochains pas pour l’avancement du projet. Le recrutement du post-doc LSCE. Constitution d’un comité de suivi et conseil scientifique ; engagement avec les partenaires sociaux et média;  collaboration avec d’autres projets et équipes travaillant sur l’adaptation. Modalités de la collaboration entre les partenaires (outils de collaboration et management, le site web, etc).

Introduction et discussion sur la cartographie de controverses

  • Suite à un tour de table, la quatrième réunion a commencé par un rappel des objectifs du projet MEDEA, à savoir produire et de disséminer une plateforme on-line présentant une cartographie des controverses autour de l’adaptation en France.
  • On a précisé ensuite l’objectif de la réunion, à savoir préciser davantage l’approche de la cartographie de controverses et faire le choix des sous-controverses autour de l’adaptation aux changements climatiques à étudier.
  • MEDEA est proche du projet EMAPS. Tous les deux portent sur l’utilisation de la cartographie des controverses pour équiper les publics avec des outils pour s’engager dans les débats socio-techniques autour de l’adaptation. Pourtant chaque projet est différent, d’abord en ce qu’ils réunissent des partenaires différents à l’exception de Sciences Po, et ensuite en ce qu’ils répondent des types d’appel d’offre différents. En effet, MEDEA répond à l’appel CEP&S, alors qu’EMAPS répond à un appel à projets européen portant sur la communication scientifique et les outils de débat et participation on-line. En outre, MEDEA se borne aux débats sur l’adaptation en France, alors qu’EMAPS porte sur ces débats en Europe et ailleurs. EMAPS en plus étudie un autre cas de controverse, celui du vieillissement des populations.
  • On a rappelé que terme « controverse » est un terme méthodologique très flexible et que les controverses sociotechniques d’aujourd’hui ne sont plus celles hier, notamment en ce qu’elles peuvent être entretenues artificiellement, comme l’a démontré Oreskes dans son ouvrage « Marchands of doubt ».
  • Concernant les controverses sur l’adaptation on s’est interrogé sur l’existence d’une spécificité française de ces controverses.
  • Cela requiert de définir une topologie française des institutions et des acteurs concernés par ces débats.
  • Il s’agit de constituer un corpus textuel de ces débats pour observer la complexité et l’incertitude des débats sans réductionnismes simplistes, mais en la rendant lisible.
  • Le Medialab travail depuis longtemps à mettre en place des outils d’analyse socio-technique sur le web. On a pu voir en détail les différents couches constituant un site de cartographie de controverses à partir des nombreux travaux réalisés par les étudiants de Sciences Po.
  • Des questions importantes se sont posées : La production d’un tel dispositif on-line pose la problématique du vieillissement et de la pérennité de la plateforme mise en place. La pérennité du site est un vrai défi pour ce projet. Cette question reste un point important à discuter dans le futur. Comment ces outils peuvent intervenir dans ces communautés d’acteurs concernés par ces sujets ? Comment gère-t-on la question de la dichotomie entre le monde des experts et monde des « profanes » impliqués ? La question du langage et du vocabulaire utilisé pour communiquer les controverses.
  • On doit produire une plateforme spécifique résultant de l’étudie les débats scientifiques politiques et sociales, autour des questions d’adaptation en France. Pour cela il faut constituer d’abord un corpus textuel de discours scientifiques et sociétaux autour de la ou des sous-controverses retenues, ensuite les analyser, les intégrer et les représenter dans la plateforme. Chaque débat sociotechnique entraine une dynamique différente et donc une structuration différente de la plateforme de cartographie de controverse. Il y a pourtant une forme générique comme le montrent les exemples issus du cours de cartographie des controverses.
  • L’idée est que la diffusion de la plateforme serve à équiper les publics concernés pour doit changer la manière dont on perçoit les débats sociotechniques. Le public est en fait pluriel, les publics, constitués des différents acteurs de la controverse. Il faut donc créer une communauté dynamique de beta testeurs qui va faire vivre le site. Est ce qu’il existe des instruments pour repérer les publics, variables selon les enjeux et les controverses ?

Identifier les débats sur l’adaptation en France

  • On a fait le bilan des sujets proposés jusqu’alors :

–       Débats autour du financement de l’adaptation

–       Indicateurs de vulnérabilité

–       Débats autour de la prédiction de l’évolution climatique et la question du court terme et long terme et de l’échelle globale et l’échelle régionale. Débats autour du downscaling avec le tournant vers les prévisions décennales et régionales.

–       Les services climatiques. Rapport producteurs et utilisateurs des services climatiques. La demande au niveau local des services climatiques (l’industrie dans ses différents secteurs y compris le tourisme ).  Gestion de l’interface entre les utilisateurs et les producteurs de connaissances. La question de la co-production des savoirs.

–       Débats si il y’a besoin effectivement  de meilleurs prévisions pour s’adapter et réduire les incertitudes

–       Géoingénierie

–       Évènements extrêmes (possible lien avec les assurences)

–       Energie

–       Biodiversité

Les débats socio-techniques sur l’adaptation : la montée du niveau de la mer sur les côtes bretonnes et la gestion du  bassin de la Garonne

  • La question des événements extrêmes.
  • Comment on quantifie le seuil de changement climatique que va produire une montée deu niveau marin dangereuse
  • Peut-on prévoir de combien la mer va-t-elle augmenter? Et dans combien d’années?
  • Faut-il faire du repli stratégique ?
  • Comment les bureaux d’études transforment les incertitudes de la littérature scientifiques dans des réponses certaines pour leurs utilisation dans les politiques d’adaptation.
  • Quel est le rôle des événements extrêmes ?
  • Quelle est la contribution du dilatation thermique de l’eau marine et de la fonte de la calotte ? (Il a très peu de modèles de la fonte de calotte et ils sont très incertains)

La modélisation face aux enjeux de l’adaptation en France : la question des échelles et des approches du downscaling

  • Raccourcissement des horizons temporels des prévisions / prédictions.
  • Jusqu’à quelle échelle spatiale on peut descendre dans les prévisions (controverses entre les modelisateurs régional et le les modelisateurs globaux)
  • Différence de culture épistémique : l’approche des modèles régionaux est complètement différente de celle des modèles globaux. Comment on passe des uns aux autres?
  • Il a des entreprises privées qui s’occupent du downscaling (souvent de spin-off de laboratoires scientifiques). ex. Cleanpath

–       parce-que cela rapporte de l’argent

–       parce-que cela ne permet pas de publier dans des bonnes revues

–       « c’est un travail d’ingénieur »

–       EDF a crée une équipe de recherche

La controverse sur le cadrage du problème de l’adaptation : a-t-on besoin de prédictions plus précises pour s’adapter ?

 

  • Est-il vraiment nécessaire de prévoir pour s’adapter? La question ne serait pas selon certain si l’on peut arriver à faire des prévisions décennales mais si cela sert à quelque chose. Peut cela induire une stratégie qui n’intègre pas les éléments à long terme.
  • La question du downscaling – est ce que downscaling est le facteur limitant ?
  • La question des incertitudes : jusque quel point l’incertitude est un frein pour l’intégration ou la mise en œuvre de l’adaptation ?

Géo-ingéniérie et adaptation en France

  • On a insisté, à nouveau, sur le fait qu’une importante question émergente pour l’adaptation est celle de la géoingénierie.

Sur la gestion du projet

 

  • Il est apparu que MEDEA, tout en ayant un objet spécifique de recherche, à savoir les controverses sur l’adaptation que l’on retiendra, à intérêt à se rapprocher et établir des collaborations avec d’autres projets travaillant sur l’adaptation, notamment :

–       SECIF Vers des Services Climatiques aux industries Françaises, coordonné par Pascale BRACONNOT (IPSL/CNRS)

–       CLIMACONF Les questions de la confiance dans le réchauffement global: modélisation du climat, expertise et lien au politique. coordonné par Amy Dahan, CAK/EHESS

–       COCORISCO COnnaissance, COmpréhension et gestion des RIsques Cotiers, coordonné par Alain HENAFF (LETG)

–       ADAPT’EAU Adaptation aux variations des régimes hydrologiques (crues-étiages) dans l’Environnement Fluvio-Estuarien de la Garonne-Gironde. Potentialités, mise à l’épreuve et gouvernance d’Options d’Adaptation, coordonné par Denis Salles (CEMAGREF)

  • Les modalités de la collaboration restent à définir, mais on a évoqué l’idée que MEDEA n’est pas la pour « mettre en valeur » la recherche des autres.
  • On a aussi discuté brièvement de la constitution du comité de suivi scientifique. Sont confirmés déjà Bruno Latour de Sciences Po et Amy Dahan, CNRS/CAK/EHESS.
  • Amy Dahan a passé l’invitation à son séminaire Changement Climatique et Biosphère: Expertise, Futurs et Politiques, le Mardi 27 Mars à 14hau Centre Koyré, 27, Rue Damesme-75013 Paris, 5è étage, dont la séance avait pour thème les questions autour de l’adaptation au changement climatique en Bengladesh et en France avec une double présentation par Laurent Terray (Directeur de Recherche Cerfacs, Toulouse):  « La régionalisation des projections climatiques: les différentes approches et leurs problèmes » et « L’adaptation aux changements climatiques en France: quelques réflexions à partir de deux exemples concrets » et une présentation par Christophe Buffet (CAK):  Un forum hybride pour s’adapter au changement climatique : la community-based adaptation »

 

 

 

Réunion 3 au LSCE

Le 8 mars 2012 s’est tenue une troisième réunion de travail au LSCE à Saclay avec la présence de Gilles Ramstein, Valérie Masson-Delmotte, Sylvie Charbit, Didier Paillard, et Robert Vautard côté LSCE, et Tommaso Venturini et Nicolas Baya-Laffite côté Sciences Po médialab. Cette réunion fut l’occasion de revenir sur certains aspects de l’approche de la cartographie de controverses et de continuer à explorer les différents débats sur l’adaptation.

Sur la cartographie de controverses:

 On a commencé par faire le point sur la question de l’utilisation du terme « controverses » ou du terme « débat ». A ce propos, on a convenu que le terme controverses était pertinent et convenable, car il est suffisamment flexible pour rendre compte des différentes débats, disputes, ou querelles tant scientifiques et techniques que sociétales et politiques qui touchent à l’adaptation.

On a rappelé également que l’objectif ultime du projet est concrètement de fournir une plateforme on-line représentant une série de controverses sur l’adaptation afin d’équiper les publics concernés avec des outils leur permettant de mieux s’engager dans les débats.  On a rappelé que dans le cadre d’EMAPS, le département de planification territoriale de l’Université de Dortmund mènera des études de cas  et que l’on peut établir éventuellement des comparaisons avec la France.

Sur les controverses autour de l’adaptation à étudier:

L’interface entre la recherche scientifique et les politiques d’adaptation en France.

L’interface entre recherche et politiques est apparu comme l’espace propice à l’identification de controverses:  l’espace entre la recherche et les politiques ou d’autres acteurs qui cherchent des réponses. Il importe dans ce sens, de se pencher sur le cadre des obligations imposées par la Loi Grenelle II, notamment la réalisation des Plan climat énergie territorial (PCET). Pour produire ce plans le collectivités ne récurrent pas directement aux laboratoires de climatologie, mais à des bureaux d’études qui rassemblent et synthétisent la littérature scientifique. Cela pose la question du risque de dérapage avec les bureaux d’études fournissant des expertises de mauvaise qualité ou tout simplement erronées sans une interface effective avec la recherche scientifique.

Exemples de gestion de l’adaptation en France

Dans ce cadre on a évoqué quelques exemples de gestion de l’adaptation en France. Un cas discuté à cet endroit fut celui des habitants des zones côtières françaises, par exemple en Bretagne, qui sont exposés aux risques de la montée des eaux résultant du réchauffement climatique et s’organisent pour trouver des informations qui font autorité pour participer de la décision sur les stratégies d’adaptation. On commence à voir des rencontres disciplinaires pour s’attaquer à ce type de problèmes. Il y a plein de problèmes de géomorphologie. Les zones côtières posent des questions d’attribution. Il y a des causes multiples à un symptôme local, mais la cause est globale. L’érosion des côtes observée tient à ce qu’on a mis de barrages, on empêche le flux de sédiments, le niveaux des eaux va monter mais du fait de l’érosion des côtes. Il y a la fonte des glacières et des glaces. Ce qui va être affecté par la fonte du Groenland ce n’est pas l’Atlantique nord, mais les tropiques et l’Atlantique sud. Sur cette question de la gestion des risques côtiers, il y a le projet COCORISCO ANR CEP&S2011. Un autre projet portant sur un cas intéressant comme terrain de controverses pour MEDEA est ADAPT’EAU. Il faut voir le site de l’ONERC pour repérer les projets sur l’adaptation

La modélisation du climat face aux enjeux de l’adaptation en France : la question des échelles et des approches du downscaling

Dans le cadre d’une politique d’adaptation planifiée, la question du raccourcissement d’échelles pour la modélisation régional  est centrale (prévision décennale, régionalisation, désagrégation, downscaling). La question fait débat autour des approches des équipes de recherche, des limites, des incertitudes…

L’entrée par l’évolution des précipitations : La question se pose avec grande acuité par exemple quant à la prévision des précipitations. Les températures c’est un champ très « smouth ». A quelle échelle que tu regardes c’est très facile de passer d’une à autre. Les précipitations, en revanche, c’est une question très patchy, très sensible à la résolution. Ici, descendre en résolution c’est surtout améliorer le cycle de l’eau. Il y a plein de problèmes techniques et scientifiques. Si on descend, on doit résoudre les nuages.

Quelle est la question du débat? : On entend dire les régionalistes: « les modèles globaux sont biaisés et ils emportent de la pollution dans nos modèles ». Comment rectifie-t-on les erreurs? Quelle est la meilleure démarche scientifique? Qui a raison?  Jusqu’où peut-on aller? Est-ce que cela apporte quelque chose? Les régionaux vont dire oui. Les globaux non.

Où discute-t-on de ces questions?: Il y a des papiers, mais pas énormément. La question se discute et il y a des communautés qui s’affrontent, des équipes, même dans un même labo. Il y a des équipes qui travaillent sur la modélisation régionale (L’Europe, l’Afrique) d’un côté. Il y a la communauté des modernisateurs globaux de l’autre.  Ils cohabitent assez souvent. Est-ce que c’est publié? Le débat c’est plutôt de couloir, et donc par conséquent la question doit être étudiée par des entretiens.

Ce débat a-t-il lieu la France? Un débat trop technique et donc inintéressant pour le public? : Ce débat est global mais il se décline en France. Il s’est posé la question de savoir si ce débat très technique et interne à la communauté des modélisateurs est véritablement intéressant pour MEDEA. On a objecté que ce débat technique risque de tout coopter. La question est très bien pour la collaboration entre LSCE et Sciences Po, mais est-ce que cela est intéressant pour le public de MEDEA? Il serait inintéressant de se borner à faire l’état de l’art de cette question très technique et encore de faire que le post-doc travaille sur cette question pour ne faire que constater que « oui il y a des limites, oui il y a des incertitudes ». Plus intéressant, en revanche, serait de chercher à éclairer les citoyens sur les questions de débat plus importantes. Mais quels sont les débats qui concernent la société: certainement celle du niveau de la mer suscite des débats.  Mais donc s’agit-il d’informer le public? Quel est le public ou quels sont les publics de MEDEA? 

Pour illustrer cette discussion sur le downscaling et modélisation régionale, un court article critique et assez radical a été signalé (RV). La radicalité peut être transformée en challenge, ce qui motive de fait la communauté « régionale » : Pielke Sr., R. & Wilby, R.L., 2012. Regional climate downscaling: What’s the point? Eos, 93(5), p 52-53.

Sur la question plus précise de la construction de la confiance dans les modèles une collaboration avec le projet ANR CLIMACONF est envisageable, car Amy Dahan, la responsable est membre du conseil de suivi scientifique de MEDEA

Les services climatiques pour l’adaptation en France

Entre la question de la régionalisation, la descente en échelle et les services climatiques, il y a eu le projet DRIAS, et il y a actuellement le projet SECIF. La question des services climatiques peut être considérée comme étant étroitement lié à la demande d’information pour des stratégies d’adaptation éclairées. Selon Amy Dahan, la question suscite des débats quant à l’intérêt qu’il y aurait à aller dans le sens d’un développement des services climatiques, ce qui requerrait une transformation des politiques de financement et d’organisation de la recherche qui ne semble pas faire consensus. Mais cette question peut être également comprise comme une « tarte à la crème » résultante de l’évolution particulière de la question climatique aux Etats-unis, où l’on parle recherche sur les services climatiques pour faire en fait de la recherche sur le changement climatique. Autrement dit, aux Etats Unis, l’adaptation et les services climatiques sont mis en avant pour ‘cacher’ la recherche sur le changement climatique.

Changement climatique et évènements extrêmes : prédiction, attribution, et adaptation en France. Le lien avec les assurances

La question des extrêmes climatiques, les vagues de chaleur, Xynthia 2010, par exemple, a été un sujet longuement discuté. On a évoqué la question des digues qui ont été construits il y a long temps. Les infrastructures plus anciennes éteint conçues avec une marge d’erreur plus importante qu’aujourd’hui. Ce qui s’est traduit dans une certaine flexibilité qu’on a perdu aujourd’hui. Cela renvoie à la question de la maladaptation résultante d’une trop excessive confiance dans certains calculs, comme le montre l’exemple de Fukushima ou les digues de 14 mètres n’ont pas seulement échoué à résister le Tsunami, mais ont finit par contribuer à la catastrophe car ils ont retenu l’eau après le Tsunami.

Impacts du changement climatique, adaptation et énergie en France

Le rapport énergie et climat est un autre sujet important de débat. Le climat induit-il des choix énergétiques. Comment on utilise-t-on le changement climat pour aller dans un sens ou dans un autre. Ici on retrouve également Xynthia. Il y a un article de Francis Chateaureynaud sur comment la question climatique a été utilisée par le nucléaire pour lier énergie nucléaire et changement climatique. Voici un billet de son blog sur la question.

S’est posé la question de savoir si ce sujet relève de l’adaptation ou plutôt de l’atténuation (mitigation). Il importe également à ce sujet de remarquer que souvent on regarde la question sur l’angle de l’émission de CO2, mais la question pour nous devrait être celle de la vulnérabilité de la production d’énergie. L’accident de Fukushima en est un point d’inflexion. Les vagues de chaleur posent aussi un risque, avec la température de rejet. Les normes de température de rejet ont été relevées en 2003. A 2050, la demande énergétique augmentera en été et il y aura en même temps une baisse de production.

Géo-ingéniérie et adaptation en France

Une importante question émergente pour l’adaptation est celle de la géoingénierie. L’ANR lance des atéliers des prospective sur la géoingénierie. L’ANR n’a jamais financé des projets pour étudier la physique du climat.

Sur la gestion du projet

Sur les sources: On travaille sur quel type de sources se référant aux différents acteurs: populations, associations, décideurs, élus, industriels, scientifiques, etc. Articles scientifiques, littérature grise, brochures contenu de sites web, blogs, presse nationale et régionale, transcriptions de débats publics où s’expriment les les élus, les associations et les industriels, entretiens,

Sur les outils de collaboration et de management: on a ouvert ce carnet de recherche hypothèse.org et pour la gestion de bibliographie on a crée un groupe MEDEA sur Mendeley. On a un drop box du projet où vous mettez les papiers et documents que vous voulez partager.

Réunion 2 « MEDEA + EMAPS »

Les trois partenaires du projet MEDEA se sont rencontrés pour discuter avec les 7 partenaires d’EMAPS dans le cadre de la « kick off meeting de ce projet PCR7  tenue le 29 et le 30 novembre 2011 à Sciences Po.

La matinée du 29 novembre fut dédiée à la présentation des projets EMAPS et MEDEA et des partenaires respectifs. Ce fut l’occasion pour que les partenaires des deux projets se connaissent et apprennent de la spécificité des travaux de recherches menés par chacun, ainsi que pour que tous se familiarisent avec l’approche et les outils de la cartographie de controverses développés par Sciences Po qui furent présentés par Tommaso Venturini et Bruno Latour.

L’après-midi du 29 et la matinée du 30 novembre furent dédiées à deux workshops parallèles de deux mi-journées, l’un de ces deux portant sur l’adaptation, où les partenaires des deux projets ont pu échanger des points de vue sur les controverses sur l’adaptation. Les résultats furent présentés discutés pendant l’après-midi du 30 novembre.

Un workshop sur les débats autour de l’adaptation

Au cœur des projets MEDEA et EMAPS, les débats autour de l’adaptation constituent un « territoire » très complexe, vaste et certainement flou, compte tenu de leur caractère émergeant. Pour s’engager dans la « cartographie » de ce territoire, il est nécessaire d’explorer les points de repère afin de le délimiter de façon plus précise, compte tenu des contraintes de temps et financement. Celui-ci fut précisément l’objectif du workshop sur les débats autour de l’adaptation, constituant un premier pas dans la réalisation de la tâche 1 du projet MEDEA, à savoir la constitution d’un corpus de discours scientifiques et média.

Le workshop fut introduit par Tommaso Venturini, coordinateur du projet MEDEA. Ont suivi les présentations de François Gemenne, de l’IDDRI/Sciences Po (partenaire MEDEA), de Mark Fleischhauer, de l’Université de Dortmund (partenaire EMAPS), et d’Alain Mazaud, du LSCE (partenaire MEDEA).

L’adaptation dans le cadre des négociations climatiques internationales

François Gemenne, de l’IDDRI Sciences Po, a présenté un aperçu des controverses sur l’adaptation dans le cadre des négociations climatiques internationales pour souligner les entrées les plus intéressantes pour le projet. Selon lui, le premier objet de débat concerne la définition même de l’adaptation : qu’est l’adaptation au changement climatique? Celle-ci n’est pas une question simple. Il y certes la définition du GIEC, mais celle-ci n’est qu’une entre autres définitions présentées par les différents acteurs concernés.

Deux choses sont à retenir. Premièrement, l’adaptation a longtemps été considérée comme une alternative à l’atténuation, ce qui a suscité un fort débat, qui n’est pas clos, malgré un certain consensus sur l’idée que l’adaptation et l’atténuation ne sont pas des processus alternatifs mais complémentaires. Il importe de souligner, néanmoins que l’atténuation et l’adaptation sont de nature  différente et ne poursuivent pas le même objectif : l’atténuation consiste l’évitement, alors que l’adaptation consiste à la gestion de l’inévitable. Deuxièmement, il a longtemps été considéré que l’adaptation concernait surtout les pays en développement, notamment car ceux-ci seraient plus vulnérables. Pourtant, il est désormais considéré que l’adaptation concerne également les pays développés.

La question générale de la définition n’est toutefois qu’une de trois couches de questions concernant l’adaptation pouvant être identifiées.  Ces trois couches de débats concernent : 1) La nature de l’adaptation ; 2) la mise en œuvre de l’adaptation et 3) le financement de l’adaptation. Ces couches ne sont pas séparées mais étroitement liées. Les deux premières couches de questions et débats sont certainement importantes, mais les négociations internationales se concentrent principalement sur la question du financement ce qui pose nombre de débats autour des indicateurs d’adaptabilité et vulnérabilité.

Lors de la discussion en plénum, il est apparu en plus : que la question du financement de l’adaptation est la question la plus brulante dans les arènes internationales ; que les négociations internationales ne sont pas un catalyseur pour les débats sur l’adaptation car il s’agit d’un débat décentralisé ; que des indicateurs de vulnérabilité sont en train d’être discutés à l’OECD, avec la communauté académique et l’IPPC, entre autres; et qu’il y a également des débats autour des effets résultants des croisements de la question de l’adaptation avec d’autres domaines comme de la gestion des catastrophes, l’aide au développement et la bonne gouvernance. Au bout de la discussion, la question s’est posée de savoir de quel type de données a-t-on besoin pour étudier ces débats et si l’on dispose de ces données ou s’il faut les créer. Cette question fut l’occasion pour que Tommaso Venturini revienne sur les contraintes posées par l’approche de la cartographie de controverses en termes de choix des sujets, à savoir : un sujet brulant et actuel dont les données sont accessibles.

L’adaptation du point de vue de l’aménagement du territoire

Mark Fleischhauer, de l’Université de Dortmund (partenaire EMAPS) s’est attaquée à la question de l’adaptation du point de vue de l’aménagement du territoire. Il a pointé une série de défis.

Le premier défi concerne les changements et leurs impacts. Au niveau urbain et régional, il y a une grande diversité de paramètres à être considérés dans la décision politique sur l’adaptation, l’impact du changement climatique n’en étant qu’un parmi d’autres comme le changement démographique ou la mondialisation économique et son impact sur les territoires. L’apport spécifique de l’aménagement du territoire est précisément de proposer des visions plus englobantes et intégrées de l’adaptation.

Le deuxième défi concerne la gestion de l’incertitude, notamment du fait de la disponibilité d’un grand nombre de scénarios d’émissions basés sur divers modèles et les zones d’incertitude qui en découlent. Les incertitudes se déploient en cascade lorsque on passe des scénarios globaux à des modèles d’impact local et encore aux mesures d’adaptation. La planification territoriale doit précisément gérer ces incertitudes. Encore il convient de garder à l’esprit le fait qu’on doit faire face à la perte de confiance du public dans les institutions politiques et scientifiques notamment du fait une incompréhension des incertitudes. La cartographie de controverses proposée pourrait contribuer à la compréhension des enjeux posés par l’incertitude inhérente à l’adaptation.

Cela pose clairement la question de la gouvernance et des instruments de gouvernance, y compris ceux qui visent à assurer la participation des publics. Les publics à équiper d’outils de cartographie de controverses ne se limitent toutefois pas aux experts/profanes, mais incluent surtout les décideurs, les élus et l’administration publique en générale. La gestion et la communication des risques et des incertitudes auprès des différents acteurs est un enjeu central dans l’approche de l’aménagement du territoire à l’adaptation, la manière dont les acteurs sociaux et politiques gèrent le risque étant déterminée par leur culture du risque territoiralement située.

Un troisième défi concerne les villes et les régions et la réduction des vulnérabilités. Les catastrophes naturelles sont des exemples typiques du lien entre aménagement et adaptation aux changements climatiques. Le défit pour la planification et l’aménagement du territoire est de développer des instruments formels de gestion et planification ainsi que des outils informels pour construire des villes et des régions résilientes et de réduire la vulnérabilité. Dans cette perspective, le processus de planification apparaît comme un processus à la fois politique, administratif, technique et social.

Lors de la discussion on est revenu sur des questions comme les problèmes liés aux temporalités courtes de la gouvernabilité urbaine, les différences culturelles qui apparaissent dans l’utilisation de différents instruments de politiques dans des régions et des pays différents, les débats qui résultent des mécanismes de participation des publics dans l’élaboration et la mise en ouvre des politiques, et encore la question de la réduction de l’incertitude et les effets de maladaptation qui peuvent en découler.

L’évolution du climat et les prédictions climatiques

Alain Mazaud, du LSCE a présenté un aperçu des recherches de LSCE se focalisant sur la question de l’évolution du climat et les prédictions climatiques. Il a expliqué comment on est parvenu à constater un réchauffement global, superposé à la variabilité naturelle depuis l’ère industrielle. Aujourd’hui on constate une évolution rapide due au développement humain, même si il y a des causes naturelles. On observe ce qui se passe maintenant et on compare avec les variations du climat passé par des proxies (les annaux des arbres, carotte marines, glace). Egalement, on teste et on compare les modèles pour définir le changement future. Dans se cadre, la question des impacts de ce changement se pose. En ce sens, un défi majeur est celui posé par la nécessité de réduire l’échelle spatiale (downscaling) des modèles pour prédire les impacts locaux ou régionaux. Mais on se heurte à la cascade d’incertitudes.

La discussion s’est ensuite focalisée sur en quoi le cinquième « Assessment Report » du GIEC apportera des éléments nouveaux, le rapprochement entre service météo et prédictions climatiques pour le développement de services climatiques, sur le downscaling et sur la fiabilité et la précision des modèles pour des prédictions décennales orientées aux politiques d’adaptation. La question de fond qui s’est posée avec grande force est de savoir si l’on a besoin, et éventuellement dans quelle mesure, de prédictions climatiques plus précises pour aller de l’avant avec l’implémentation de mesures d’adaptation.Autrement dit, dans quelle mesure l’incertitude constitue-t-elle un obstacle pour l’adaptation. Un débat intense a eu lieu autour du partage disciplinaire entre sciences sociales et politiques et sciences du système terre dans le domaine de l’adaptation, et particulièrement quant aux attentes des uns et des autres sur le rôle qu’elles doivent jouer dans le domaine de l’adaptation.

Quelques points retenus sur les controverses

Lors de la séance de conclusions, Tommaso Venturini, coordinateur scientifique du projet MEDEA, a précisé les conditions pour le choix des controverses à étudier par une série de questions à garder à l’esprit: Le débat est-il chaud maintenant? Quels acteurs en discutent ? Les données sur la controverse sont-ils accessibles? La controverse est assez spécifique? Peut-on définir les limites de la controverse ? Travaille-t-on déjà sur la controverse?

Il a ensuite présenté ensuite une synthétisé des sujets qui fut finalement discuté en plénum.  Un premier sujet qui a suscité de longues discussions dans le workshop concerne la question du financement de l’adaptation. Comment finance-t-on l’adaptation? Comment l’argent est-elles collectée, attribuée, et dépensée. Celui-ci apparaît comme un sujet majeur dans les arènes internationales.

De la main de la question du financement, s’est posé celle des indicateurs de la vulnérabilité et de la capacité d’adaptation, tant au niveau mondial (dont les pays sont plus vulnérables) et au niveau national / continental (dont les régions ou zones sont plus vulnérables). La question s’est posée s’il y a une amalgame entre adaptation au changement climatique et la gestion du risque de catastrophes. Une autre question importante concerne les conséquences sur les systèmes d’assurance.

Un troisième point retenu concerne le rôle des modèles climatiques et leur capacité prédictive pour informer les politiques d’adaptation, ce qui renvoie au rapprochement climat / météo et aux défis et débats les différentes approches et ses limites pour la descente en échelle spatiale et temporelle des modélisations pour des prédictions locales précises, et encore le risque qu’une stratégie d’adaptation trop focalisé sur la précision des prédictions conduise à la maladaptation.  La question de la modélisation des précipitations à été aussi longuement discuté dans ce contexte.  Lié à cela apparaît finalement la question  particulièrement controversé de la prédiction des événements extrêmes et du problème de leurs causes.

En lien avec la question des modèles, s’est posé encore celle de la gouvernance de l’adaptation et le rôle des instruments pour mettre en œuvre les politiques d’adaptation. Cette question apparaît comme étant très pertinente pour les pays qui ont une forte culture de la planification.

En plus de ces questions, on est revenu sur quelques exemples de projets d’adaptation en Europe et dans les pays en développement, ainsi que des exemples touchant à différents secteurs (l’agriculture, la santé, les migrations) on été discutés. 

 

Réunion 1 « Démarrage »

La première réunion du projet MEDEA s’est tenue le 2 novembre 2011 au LSCE à Saclay avec la participation de Valérie Masson-Delmotte, Alain Mazaud, et Gilles Ramstein côté LSCE, et Tommaso Venturini, Nicolas Baya-Laffite, Axel Meunier côté Sciences po.

Dans un premier moment, la discussion a porté sur l’approche et les outils de la cartographie de controverses développés par Sciences Po, sur la base de quelques exemples issus du Cours de Cartographie de Controverses. Ensuite, on a commencé à explorer les questions posées par l’adaptation aux impacts des changements climatiques suscitant des débats en France.

La discussion s’est appuyé sur la base de quelques points centraux du Plan national d’adaptation au changement climatique pour discuter de la déclinaison de la problématique de l’adaptation dans différents secteurs (aménagement du territoire, agriculture, viticulture, gestion des forets, énergie, tourisme, infrastructures de transport, migrations, santé, assurances etc.). Le rapport entre changement climatique, extrêmes climatiques, vulnérabilité et adaptation fut abordé et illustré avec des quelques  exemples potentiellement intéressants.

Un des points importants discutés lors de cette réunion concerne notamment les tensions resultantes de la demande vis-à-vis des sciences du climat et particulièrement des communautés de modélisateurs, de prévoir le climat pour les prochains 10-30 ans dans le cadre du développement de stratégies d’adaptation. La régionalisation (l’étude des changements climatiques à échelle régionale) et l’utilisation nouvelle des modèles pour les études d’impact pour l’adaptation a conduit à l’émergence de nouvelles questions et conséquemment de nouveaux débats autour de questions techniques et de méthode relatives au raccourcissement des horizons temporels et spatiaux nécessaire pour répondre à cette demande. Le problème de l’irréductibilité de la cascade d’incertitudes épistémiques, stochastiques, et reflexives prend ici tout son sens. Une autre question discutée allant dans le même sens fut celle d’un rapprochement des services météo et de ce qu’on appelle les services climatiques pour le développement de prévisions régionales à court terme.