Réunion 4 à Sciences Po

Mercredi 14 mars, 2012 à Sciences Po, s’est tenue la 4ème réunion, cette fois avec tous les partenaires MEDEA: pour le médialab: Tommaso Venturini, Nicolas Baya-Laffite, Axel Meunier; pour l’IDDRI : Alexandre Magnan; pour le LSCE: Gilles Ramstein et Sylvie Charbit; et pour l’ENSAD : Timothée Collignon. ON a pu compter avec la présence de deux membres du Comité de conseil scientifique du projet: Amy Dahan (CNRS/EHESS) et Bruno Latour (Sciences Po)

Programme

9h45-11h45 Sur la cartographie de controverses: Tour de table. Présentation du projet par Tommaso Venturini et Nicolas Baya Laffite. Le lien avec EMAPS par Axel Meunier. Quelques exemples de cartographie de controverses par Tommaso Venturini. Contribution par Bruno Latour.

 11h15-13h00 Sur les controverses autour de l’adaptation à étudier: Identifier les débats sur l’adaptation en France : Quels débats, où se déploient-ils et quels sont les acteurs et lieux concernés. Comment les étudier ? Etat des lieux des discussions entre les partenaires à ce jour. Discussion ouverte. Contributions par Amy Dahan et Bruno Latour.

 13h-14h  Déjeuner et suite de la discussion

 14h-16h00 Conclusions de la discussion et questions relatives à la gestion du projet: Prochains pas pour l’avancement du projet. Le recrutement du post-doc LSCE. Constitution d’un comité de suivi et conseil scientifique ; engagement avec les partenaires sociaux et média;  collaboration avec d’autres projets et équipes travaillant sur l’adaptation. Modalités de la collaboration entre les partenaires (outils de collaboration et management, le site web, etc).

Introduction et discussion sur la cartographie de controverses

  • Suite à un tour de table, la quatrième réunion a commencé par un rappel des objectifs du projet MEDEA, à savoir produire et de disséminer une plateforme on-line présentant une cartographie des controverses autour de l’adaptation en France.
  • On a précisé ensuite l’objectif de la réunion, à savoir préciser davantage l’approche de la cartographie de controverses et faire le choix des sous-controverses autour de l’adaptation aux changements climatiques à étudier.
  • MEDEA est proche du projet EMAPS. Tous les deux portent sur l’utilisation de la cartographie des controverses pour équiper les publics avec des outils pour s’engager dans les débats socio-techniques autour de l’adaptation. Pourtant chaque projet est différent, d’abord en ce qu’ils réunissent des partenaires différents à l’exception de Sciences Po, et ensuite en ce qu’ils répondent des types d’appel d’offre différents. En effet, MEDEA répond à l’appel CEP&S, alors qu’EMAPS répond à un appel à projets européen portant sur la communication scientifique et les outils de débat et participation on-line. En outre, MEDEA se borne aux débats sur l’adaptation en France, alors qu’EMAPS porte sur ces débats en Europe et ailleurs. EMAPS en plus étudie un autre cas de controverse, celui du vieillissement des populations.
  • On a rappelé que terme « controverse » est un terme méthodologique très flexible et que les controverses sociotechniques d’aujourd’hui ne sont plus celles hier, notamment en ce qu’elles peuvent être entretenues artificiellement, comme l’a démontré Oreskes dans son ouvrage « Marchands of doubt ».
  • Concernant les controverses sur l’adaptation on s’est interrogé sur l’existence d’une spécificité française de ces controverses.
  • Cela requiert de définir une topologie française des institutions et des acteurs concernés par ces débats.
  • Il s’agit de constituer un corpus textuel de ces débats pour observer la complexité et l’incertitude des débats sans réductionnismes simplistes, mais en la rendant lisible.
  • Le Medialab travail depuis longtemps à mettre en place des outils d’analyse socio-technique sur le web. On a pu voir en détail les différents couches constituant un site de cartographie de controverses à partir des nombreux travaux réalisés par les étudiants de Sciences Po.
  • Des questions importantes se sont posées : La production d’un tel dispositif on-line pose la problématique du vieillissement et de la pérennité de la plateforme mise en place. La pérennité du site est un vrai défi pour ce projet. Cette question reste un point important à discuter dans le futur. Comment ces outils peuvent intervenir dans ces communautés d’acteurs concernés par ces sujets ? Comment gère-t-on la question de la dichotomie entre le monde des experts et monde des « profanes » impliqués ? La question du langage et du vocabulaire utilisé pour communiquer les controverses.
  • On doit produire une plateforme spécifique résultant de l’étudie les débats scientifiques politiques et sociales, autour des questions d’adaptation en France. Pour cela il faut constituer d’abord un corpus textuel de discours scientifiques et sociétaux autour de la ou des sous-controverses retenues, ensuite les analyser, les intégrer et les représenter dans la plateforme. Chaque débat sociotechnique entraine une dynamique différente et donc une structuration différente de la plateforme de cartographie de controverse. Il y a pourtant une forme générique comme le montrent les exemples issus du cours de cartographie des controverses.
  • L’idée est que la diffusion de la plateforme serve à équiper les publics concernés pour doit changer la manière dont on perçoit les débats sociotechniques. Le public est en fait pluriel, les publics, constitués des différents acteurs de la controverse. Il faut donc créer une communauté dynamique de beta testeurs qui va faire vivre le site. Est ce qu’il existe des instruments pour repérer les publics, variables selon les enjeux et les controverses ?

Identifier les débats sur l’adaptation en France

  • On a fait le bilan des sujets proposés jusqu’alors :

–       Débats autour du financement de l’adaptation

–       Indicateurs de vulnérabilité

–       Débats autour de la prédiction de l’évolution climatique et la question du court terme et long terme et de l’échelle globale et l’échelle régionale. Débats autour du downscaling avec le tournant vers les prévisions décennales et régionales.

–       Les services climatiques. Rapport producteurs et utilisateurs des services climatiques. La demande au niveau local des services climatiques (l’industrie dans ses différents secteurs y compris le tourisme ).  Gestion de l’interface entre les utilisateurs et les producteurs de connaissances. La question de la co-production des savoirs.

–       Débats si il y’a besoin effectivement  de meilleurs prévisions pour s’adapter et réduire les incertitudes

–       Géoingénierie

–       Évènements extrêmes (possible lien avec les assurences)

–       Energie

–       Biodiversité

Les débats socio-techniques sur l’adaptation : la montée du niveau de la mer sur les côtes bretonnes et la gestion du  bassin de la Garonne

  • La question des événements extrêmes.
  • Comment on quantifie le seuil de changement climatique que va produire une montée deu niveau marin dangereuse
  • Peut-on prévoir de combien la mer va-t-elle augmenter? Et dans combien d’années?
  • Faut-il faire du repli stratégique ?
  • Comment les bureaux d’études transforment les incertitudes de la littérature scientifiques dans des réponses certaines pour leurs utilisation dans les politiques d’adaptation.
  • Quel est le rôle des événements extrêmes ?
  • Quelle est la contribution du dilatation thermique de l’eau marine et de la fonte de la calotte ? (Il a très peu de modèles de la fonte de calotte et ils sont très incertains)

La modélisation face aux enjeux de l’adaptation en France : la question des échelles et des approches du downscaling

  • Raccourcissement des horizons temporels des prévisions / prédictions.
  • Jusqu’à quelle échelle spatiale on peut descendre dans les prévisions (controverses entre les modelisateurs régional et le les modelisateurs globaux)
  • Différence de culture épistémique : l’approche des modèles régionaux est complètement différente de celle des modèles globaux. Comment on passe des uns aux autres?
  • Il a des entreprises privées qui s’occupent du downscaling (souvent de spin-off de laboratoires scientifiques). ex. Cleanpath

–       parce-que cela rapporte de l’argent

–       parce-que cela ne permet pas de publier dans des bonnes revues

–       « c’est un travail d’ingénieur »

–       EDF a crée une équipe de recherche

La controverse sur le cadrage du problème de l’adaptation : a-t-on besoin de prédictions plus précises pour s’adapter ?

 

  • Est-il vraiment nécessaire de prévoir pour s’adapter? La question ne serait pas selon certain si l’on peut arriver à faire des prévisions décennales mais si cela sert à quelque chose. Peut cela induire une stratégie qui n’intègre pas les éléments à long terme.
  • La question du downscaling – est ce que downscaling est le facteur limitant ?
  • La question des incertitudes : jusque quel point l’incertitude est un frein pour l’intégration ou la mise en œuvre de l’adaptation ?

Géo-ingéniérie et adaptation en France

  • On a insisté, à nouveau, sur le fait qu’une importante question émergente pour l’adaptation est celle de la géoingénierie.

Sur la gestion du projet

 

  • Il est apparu que MEDEA, tout en ayant un objet spécifique de recherche, à savoir les controverses sur l’adaptation que l’on retiendra, à intérêt à se rapprocher et établir des collaborations avec d’autres projets travaillant sur l’adaptation, notamment :

–       SECIF Vers des Services Climatiques aux industries Françaises, coordonné par Pascale BRACONNOT (IPSL/CNRS)

–       CLIMACONF Les questions de la confiance dans le réchauffement global: modélisation du climat, expertise et lien au politique. coordonné par Amy Dahan, CAK/EHESS

–       COCORISCO COnnaissance, COmpréhension et gestion des RIsques Cotiers, coordonné par Alain HENAFF (LETG)

–       ADAPT’EAU Adaptation aux variations des régimes hydrologiques (crues-étiages) dans l’Environnement Fluvio-Estuarien de la Garonne-Gironde. Potentialités, mise à l’épreuve et gouvernance d’Options d’Adaptation, coordonné par Denis Salles (CEMAGREF)

  • Les modalités de la collaboration restent à définir, mais on a évoqué l’idée que MEDEA n’est pas la pour « mettre en valeur » la recherche des autres.
  • On a aussi discuté brièvement de la constitution du comité de suivi scientifique. Sont confirmés déjà Bruno Latour de Sciences Po et Amy Dahan, CNRS/CAK/EHESS.
  • Amy Dahan a passé l’invitation à son séminaire Changement Climatique et Biosphère: Expertise, Futurs et Politiques, le Mardi 27 Mars à 14hau Centre Koyré, 27, Rue Damesme-75013 Paris, 5è étage, dont la séance avait pour thème les questions autour de l’adaptation au changement climatique en Bengladesh et en France avec une double présentation par Laurent Terray (Directeur de Recherche Cerfacs, Toulouse):  « La régionalisation des projections climatiques: les différentes approches et leurs problèmes » et « L’adaptation aux changements climatiques en France: quelques réflexions à partir de deux exemples concrets » et une présentation par Christophe Buffet (CAK):  Un forum hybride pour s’adapter au changement climatique : la community-based adaptation »

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *