Réunion 3 au LSCE

Le 8 mars 2012 s’est tenue une troisième réunion de travail au LSCE à Saclay avec la présence de Gilles Ramstein, Valérie Masson-Delmotte, Sylvie Charbit, Didier Paillard, et Robert Vautard côté LSCE, et Tommaso Venturini et Nicolas Baya-Laffite côté Sciences Po médialab. Cette réunion fut l’occasion de revenir sur certains aspects de l’approche de la cartographie de controverses et de continuer à explorer les différents débats sur l’adaptation.

Sur la cartographie de controverses:

 On a commencé par faire le point sur la question de l’utilisation du terme « controverses » ou du terme « débat ». A ce propos, on a convenu que le terme controverses était pertinent et convenable, car il est suffisamment flexible pour rendre compte des différentes débats, disputes, ou querelles tant scientifiques et techniques que sociétales et politiques qui touchent à l’adaptation.

On a rappelé également que l’objectif ultime du projet est concrètement de fournir une plateforme on-line représentant une série de controverses sur l’adaptation afin d’équiper les publics concernés avec des outils leur permettant de mieux s’engager dans les débats.  On a rappelé que dans le cadre d’EMAPS, le département de planification territoriale de l’Université de Dortmund mènera des études de cas  et que l’on peut établir éventuellement des comparaisons avec la France.

Sur les controverses autour de l’adaptation à étudier:

L’interface entre la recherche scientifique et les politiques d’adaptation en France.

L’interface entre recherche et politiques est apparu comme l’espace propice à l’identification de controverses:  l’espace entre la recherche et les politiques ou d’autres acteurs qui cherchent des réponses. Il importe dans ce sens, de se pencher sur le cadre des obligations imposées par la Loi Grenelle II, notamment la réalisation des Plan climat énergie territorial (PCET). Pour produire ce plans le collectivités ne récurrent pas directement aux laboratoires de climatologie, mais à des bureaux d’études qui rassemblent et synthétisent la littérature scientifique. Cela pose la question du risque de dérapage avec les bureaux d’études fournissant des expertises de mauvaise qualité ou tout simplement erronées sans une interface effective avec la recherche scientifique.

Exemples de gestion de l’adaptation en France

Dans ce cadre on a évoqué quelques exemples de gestion de l’adaptation en France. Un cas discuté à cet endroit fut celui des habitants des zones côtières françaises, par exemple en Bretagne, qui sont exposés aux risques de la montée des eaux résultant du réchauffement climatique et s’organisent pour trouver des informations qui font autorité pour participer de la décision sur les stratégies d’adaptation. On commence à voir des rencontres disciplinaires pour s’attaquer à ce type de problèmes. Il y a plein de problèmes de géomorphologie. Les zones côtières posent des questions d’attribution. Il y a des causes multiples à un symptôme local, mais la cause est globale. L’érosion des côtes observée tient à ce qu’on a mis de barrages, on empêche le flux de sédiments, le niveaux des eaux va monter mais du fait de l’érosion des côtes. Il y a la fonte des glacières et des glaces. Ce qui va être affecté par la fonte du Groenland ce n’est pas l’Atlantique nord, mais les tropiques et l’Atlantique sud. Sur cette question de la gestion des risques côtiers, il y a le projet COCORISCO ANR CEP&S2011. Un autre projet portant sur un cas intéressant comme terrain de controverses pour MEDEA est ADAPT’EAU. Il faut voir le site de l’ONERC pour repérer les projets sur l’adaptation

La modélisation du climat face aux enjeux de l’adaptation en France : la question des échelles et des approches du downscaling

Dans le cadre d’une politique d’adaptation planifiée, la question du raccourcissement d’échelles pour la modélisation régional  est centrale (prévision décennale, régionalisation, désagrégation, downscaling). La question fait débat autour des approches des équipes de recherche, des limites, des incertitudes…

L’entrée par l’évolution des précipitations : La question se pose avec grande acuité par exemple quant à la prévision des précipitations. Les températures c’est un champ très « smouth ». A quelle échelle que tu regardes c’est très facile de passer d’une à autre. Les précipitations, en revanche, c’est une question très patchy, très sensible à la résolution. Ici, descendre en résolution c’est surtout améliorer le cycle de l’eau. Il y a plein de problèmes techniques et scientifiques. Si on descend, on doit résoudre les nuages.

Quelle est la question du débat? : On entend dire les régionalistes: « les modèles globaux sont biaisés et ils emportent de la pollution dans nos modèles ». Comment rectifie-t-on les erreurs? Quelle est la meilleure démarche scientifique? Qui a raison?  Jusqu’où peut-on aller? Est-ce que cela apporte quelque chose? Les régionaux vont dire oui. Les globaux non.

Où discute-t-on de ces questions?: Il y a des papiers, mais pas énormément. La question se discute et il y a des communautés qui s’affrontent, des équipes, même dans un même labo. Il y a des équipes qui travaillent sur la modélisation régionale (L’Europe, l’Afrique) d’un côté. Il y a la communauté des modernisateurs globaux de l’autre.  Ils cohabitent assez souvent. Est-ce que c’est publié? Le débat c’est plutôt de couloir, et donc par conséquent la question doit être étudiée par des entretiens.

Ce débat a-t-il lieu la France? Un débat trop technique et donc inintéressant pour le public? : Ce débat est global mais il se décline en France. Il s’est posé la question de savoir si ce débat très technique et interne à la communauté des modélisateurs est véritablement intéressant pour MEDEA. On a objecté que ce débat technique risque de tout coopter. La question est très bien pour la collaboration entre LSCE et Sciences Po, mais est-ce que cela est intéressant pour le public de MEDEA? Il serait inintéressant de se borner à faire l’état de l’art de cette question très technique et encore de faire que le post-doc travaille sur cette question pour ne faire que constater que « oui il y a des limites, oui il y a des incertitudes ». Plus intéressant, en revanche, serait de chercher à éclairer les citoyens sur les questions de débat plus importantes. Mais quels sont les débats qui concernent la société: certainement celle du niveau de la mer suscite des débats.  Mais donc s’agit-il d’informer le public? Quel est le public ou quels sont les publics de MEDEA? 

Pour illustrer cette discussion sur le downscaling et modélisation régionale, un court article critique et assez radical a été signalé (RV). La radicalité peut être transformée en challenge, ce qui motive de fait la communauté « régionale » : Pielke Sr., R. & Wilby, R.L., 2012. Regional climate downscaling: What’s the point? Eos, 93(5), p 52-53.

Sur la question plus précise de la construction de la confiance dans les modèles une collaboration avec le projet ANR CLIMACONF est envisageable, car Amy Dahan, la responsable est membre du conseil de suivi scientifique de MEDEA

Les services climatiques pour l’adaptation en France

Entre la question de la régionalisation, la descente en échelle et les services climatiques, il y a eu le projet DRIAS, et il y a actuellement le projet SECIF. La question des services climatiques peut être considérée comme étant étroitement lié à la demande d’information pour des stratégies d’adaptation éclairées. Selon Amy Dahan, la question suscite des débats quant à l’intérêt qu’il y aurait à aller dans le sens d’un développement des services climatiques, ce qui requerrait une transformation des politiques de financement et d’organisation de la recherche qui ne semble pas faire consensus. Mais cette question peut être également comprise comme une « tarte à la crème » résultante de l’évolution particulière de la question climatique aux Etats-unis, où l’on parle recherche sur les services climatiques pour faire en fait de la recherche sur le changement climatique. Autrement dit, aux Etats Unis, l’adaptation et les services climatiques sont mis en avant pour ‘cacher’ la recherche sur le changement climatique.

Changement climatique et évènements extrêmes : prédiction, attribution, et adaptation en France. Le lien avec les assurances

La question des extrêmes climatiques, les vagues de chaleur, Xynthia 2010, par exemple, a été un sujet longuement discuté. On a évoqué la question des digues qui ont été construits il y a long temps. Les infrastructures plus anciennes éteint conçues avec une marge d’erreur plus importante qu’aujourd’hui. Ce qui s’est traduit dans une certaine flexibilité qu’on a perdu aujourd’hui. Cela renvoie à la question de la maladaptation résultante d’une trop excessive confiance dans certains calculs, comme le montre l’exemple de Fukushima ou les digues de 14 mètres n’ont pas seulement échoué à résister le Tsunami, mais ont finit par contribuer à la catastrophe car ils ont retenu l’eau après le Tsunami.

Impacts du changement climatique, adaptation et énergie en France

Le rapport énergie et climat est un autre sujet important de débat. Le climat induit-il des choix énergétiques. Comment on utilise-t-on le changement climat pour aller dans un sens ou dans un autre. Ici on retrouve également Xynthia. Il y a un article de Francis Chateaureynaud sur comment la question climatique a été utilisée par le nucléaire pour lier énergie nucléaire et changement climatique. Voici un billet de son blog sur la question.

S’est posé la question de savoir si ce sujet relève de l’adaptation ou plutôt de l’atténuation (mitigation). Il importe également à ce sujet de remarquer que souvent on regarde la question sur l’angle de l’émission de CO2, mais la question pour nous devrait être celle de la vulnérabilité de la production d’énergie. L’accident de Fukushima en est un point d’inflexion. Les vagues de chaleur posent aussi un risque, avec la température de rejet. Les normes de température de rejet ont été relevées en 2003. A 2050, la demande énergétique augmentera en été et il y aura en même temps une baisse de production.

Géo-ingéniérie et adaptation en France

Une importante question émergente pour l’adaptation est celle de la géoingénierie. L’ANR lance des atéliers des prospective sur la géoingénierie. L’ANR n’a jamais financé des projets pour étudier la physique du climat.

Sur la gestion du projet

Sur les sources: On travaille sur quel type de sources se référant aux différents acteurs: populations, associations, décideurs, élus, industriels, scientifiques, etc. Articles scientifiques, littérature grise, brochures contenu de sites web, blogs, presse nationale et régionale, transcriptions de débats publics où s’expriment les les élus, les associations et les industriels, entretiens,

Sur les outils de collaboration et de management: on a ouvert ce carnet de recherche hypothèse.org et pour la gestion de bibliographie on a crée un groupe MEDEA sur Mendeley. On a un drop box du projet où vous mettez les papiers et documents que vous voulez partager.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *