Réunion 2 « MEDEA + EMAPS »

Les trois partenaires du projet MEDEA se sont rencontrés pour discuter avec les 7 partenaires d’EMAPS dans le cadre de la « kick off meeting de ce projet PCR7  tenue le 29 et le 30 novembre 2011 à Sciences Po.

La matinée du 29 novembre fut dédiée à la présentation des projets EMAPS et MEDEA et des partenaires respectifs. Ce fut l’occasion pour que les partenaires des deux projets se connaissent et apprennent de la spécificité des travaux de recherches menés par chacun, ainsi que pour que tous se familiarisent avec l’approche et les outils de la cartographie de controverses développés par Sciences Po qui furent présentés par Tommaso Venturini et Bruno Latour.

L’après-midi du 29 et la matinée du 30 novembre furent dédiées à deux workshops parallèles de deux mi-journées, l’un de ces deux portant sur l’adaptation, où les partenaires des deux projets ont pu échanger des points de vue sur les controverses sur l’adaptation. Les résultats furent présentés discutés pendant l’après-midi du 30 novembre.

Un workshop sur les débats autour de l’adaptation

Au cœur des projets MEDEA et EMAPS, les débats autour de l’adaptation constituent un « territoire » très complexe, vaste et certainement flou, compte tenu de leur caractère émergeant. Pour s’engager dans la « cartographie » de ce territoire, il est nécessaire d’explorer les points de repère afin de le délimiter de façon plus précise, compte tenu des contraintes de temps et financement. Celui-ci fut précisément l’objectif du workshop sur les débats autour de l’adaptation, constituant un premier pas dans la réalisation de la tâche 1 du projet MEDEA, à savoir la constitution d’un corpus de discours scientifiques et média.

Le workshop fut introduit par Tommaso Venturini, coordinateur du projet MEDEA. Ont suivi les présentations de François Gemenne, de l’IDDRI/Sciences Po (partenaire MEDEA), de Mark Fleischhauer, de l’Université de Dortmund (partenaire EMAPS), et d’Alain Mazaud, du LSCE (partenaire MEDEA).

L’adaptation dans le cadre des négociations climatiques internationales

François Gemenne, de l’IDDRI Sciences Po, a présenté un aperçu des controverses sur l’adaptation dans le cadre des négociations climatiques internationales pour souligner les entrées les plus intéressantes pour le projet. Selon lui, le premier objet de débat concerne la définition même de l’adaptation : qu’est l’adaptation au changement climatique? Celle-ci n’est pas une question simple. Il y certes la définition du GIEC, mais celle-ci n’est qu’une entre autres définitions présentées par les différents acteurs concernés.

Deux choses sont à retenir. Premièrement, l’adaptation a longtemps été considérée comme une alternative à l’atténuation, ce qui a suscité un fort débat, qui n’est pas clos, malgré un certain consensus sur l’idée que l’adaptation et l’atténuation ne sont pas des processus alternatifs mais complémentaires. Il importe de souligner, néanmoins que l’atténuation et l’adaptation sont de nature  différente et ne poursuivent pas le même objectif : l’atténuation consiste l’évitement, alors que l’adaptation consiste à la gestion de l’inévitable. Deuxièmement, il a longtemps été considéré que l’adaptation concernait surtout les pays en développement, notamment car ceux-ci seraient plus vulnérables. Pourtant, il est désormais considéré que l’adaptation concerne également les pays développés.

La question générale de la définition n’est toutefois qu’une de trois couches de questions concernant l’adaptation pouvant être identifiées.  Ces trois couches de débats concernent : 1) La nature de l’adaptation ; 2) la mise en œuvre de l’adaptation et 3) le financement de l’adaptation. Ces couches ne sont pas séparées mais étroitement liées. Les deux premières couches de questions et débats sont certainement importantes, mais les négociations internationales se concentrent principalement sur la question du financement ce qui pose nombre de débats autour des indicateurs d’adaptabilité et vulnérabilité.

Lors de la discussion en plénum, il est apparu en plus : que la question du financement de l’adaptation est la question la plus brulante dans les arènes internationales ; que les négociations internationales ne sont pas un catalyseur pour les débats sur l’adaptation car il s’agit d’un débat décentralisé ; que des indicateurs de vulnérabilité sont en train d’être discutés à l’OECD, avec la communauté académique et l’IPPC, entre autres; et qu’il y a également des débats autour des effets résultants des croisements de la question de l’adaptation avec d’autres domaines comme de la gestion des catastrophes, l’aide au développement et la bonne gouvernance. Au bout de la discussion, la question s’est posée de savoir de quel type de données a-t-on besoin pour étudier ces débats et si l’on dispose de ces données ou s’il faut les créer. Cette question fut l’occasion pour que Tommaso Venturini revienne sur les contraintes posées par l’approche de la cartographie de controverses en termes de choix des sujets, à savoir : un sujet brulant et actuel dont les données sont accessibles.

L’adaptation du point de vue de l’aménagement du territoire

Mark Fleischhauer, de l’Université de Dortmund (partenaire EMAPS) s’est attaquée à la question de l’adaptation du point de vue de l’aménagement du territoire. Il a pointé une série de défis.

Le premier défi concerne les changements et leurs impacts. Au niveau urbain et régional, il y a une grande diversité de paramètres à être considérés dans la décision politique sur l’adaptation, l’impact du changement climatique n’en étant qu’un parmi d’autres comme le changement démographique ou la mondialisation économique et son impact sur les territoires. L’apport spécifique de l’aménagement du territoire est précisément de proposer des visions plus englobantes et intégrées de l’adaptation.

Le deuxième défi concerne la gestion de l’incertitude, notamment du fait de la disponibilité d’un grand nombre de scénarios d’émissions basés sur divers modèles et les zones d’incertitude qui en découlent. Les incertitudes se déploient en cascade lorsque on passe des scénarios globaux à des modèles d’impact local et encore aux mesures d’adaptation. La planification territoriale doit précisément gérer ces incertitudes. Encore il convient de garder à l’esprit le fait qu’on doit faire face à la perte de confiance du public dans les institutions politiques et scientifiques notamment du fait une incompréhension des incertitudes. La cartographie de controverses proposée pourrait contribuer à la compréhension des enjeux posés par l’incertitude inhérente à l’adaptation.

Cela pose clairement la question de la gouvernance et des instruments de gouvernance, y compris ceux qui visent à assurer la participation des publics. Les publics à équiper d’outils de cartographie de controverses ne se limitent toutefois pas aux experts/profanes, mais incluent surtout les décideurs, les élus et l’administration publique en générale. La gestion et la communication des risques et des incertitudes auprès des différents acteurs est un enjeu central dans l’approche de l’aménagement du territoire à l’adaptation, la manière dont les acteurs sociaux et politiques gèrent le risque étant déterminée par leur culture du risque territoiralement située.

Un troisième défi concerne les villes et les régions et la réduction des vulnérabilités. Les catastrophes naturelles sont des exemples typiques du lien entre aménagement et adaptation aux changements climatiques. Le défit pour la planification et l’aménagement du territoire est de développer des instruments formels de gestion et planification ainsi que des outils informels pour construire des villes et des régions résilientes et de réduire la vulnérabilité. Dans cette perspective, le processus de planification apparaît comme un processus à la fois politique, administratif, technique et social.

Lors de la discussion on est revenu sur des questions comme les problèmes liés aux temporalités courtes de la gouvernabilité urbaine, les différences culturelles qui apparaissent dans l’utilisation de différents instruments de politiques dans des régions et des pays différents, les débats qui résultent des mécanismes de participation des publics dans l’élaboration et la mise en ouvre des politiques, et encore la question de la réduction de l’incertitude et les effets de maladaptation qui peuvent en découler.

L’évolution du climat et les prédictions climatiques

Alain Mazaud, du LSCE a présenté un aperçu des recherches de LSCE se focalisant sur la question de l’évolution du climat et les prédictions climatiques. Il a expliqué comment on est parvenu à constater un réchauffement global, superposé à la variabilité naturelle depuis l’ère industrielle. Aujourd’hui on constate une évolution rapide due au développement humain, même si il y a des causes naturelles. On observe ce qui se passe maintenant et on compare avec les variations du climat passé par des proxies (les annaux des arbres, carotte marines, glace). Egalement, on teste et on compare les modèles pour définir le changement future. Dans se cadre, la question des impacts de ce changement se pose. En ce sens, un défi majeur est celui posé par la nécessité de réduire l’échelle spatiale (downscaling) des modèles pour prédire les impacts locaux ou régionaux. Mais on se heurte à la cascade d’incertitudes.

La discussion s’est ensuite focalisée sur en quoi le cinquième « Assessment Report » du GIEC apportera des éléments nouveaux, le rapprochement entre service météo et prédictions climatiques pour le développement de services climatiques, sur le downscaling et sur la fiabilité et la précision des modèles pour des prédictions décennales orientées aux politiques d’adaptation. La question de fond qui s’est posée avec grande force est de savoir si l’on a besoin, et éventuellement dans quelle mesure, de prédictions climatiques plus précises pour aller de l’avant avec l’implémentation de mesures d’adaptation.Autrement dit, dans quelle mesure l’incertitude constitue-t-elle un obstacle pour l’adaptation. Un débat intense a eu lieu autour du partage disciplinaire entre sciences sociales et politiques et sciences du système terre dans le domaine de l’adaptation, et particulièrement quant aux attentes des uns et des autres sur le rôle qu’elles doivent jouer dans le domaine de l’adaptation.

Quelques points retenus sur les controverses

Lors de la séance de conclusions, Tommaso Venturini, coordinateur scientifique du projet MEDEA, a précisé les conditions pour le choix des controverses à étudier par une série de questions à garder à l’esprit: Le débat est-il chaud maintenant? Quels acteurs en discutent ? Les données sur la controverse sont-ils accessibles? La controverse est assez spécifique? Peut-on définir les limites de la controverse ? Travaille-t-on déjà sur la controverse?

Il a ensuite présenté ensuite une synthétisé des sujets qui fut finalement discuté en plénum.  Un premier sujet qui a suscité de longues discussions dans le workshop concerne la question du financement de l’adaptation. Comment finance-t-on l’adaptation? Comment l’argent est-elles collectée, attribuée, et dépensée. Celui-ci apparaît comme un sujet majeur dans les arènes internationales.

De la main de la question du financement, s’est posé celle des indicateurs de la vulnérabilité et de la capacité d’adaptation, tant au niveau mondial (dont les pays sont plus vulnérables) et au niveau national / continental (dont les régions ou zones sont plus vulnérables). La question s’est posée s’il y a une amalgame entre adaptation au changement climatique et la gestion du risque de catastrophes. Une autre question importante concerne les conséquences sur les systèmes d’assurance.

Un troisième point retenu concerne le rôle des modèles climatiques et leur capacité prédictive pour informer les politiques d’adaptation, ce qui renvoie au rapprochement climat / météo et aux défis et débats les différentes approches et ses limites pour la descente en échelle spatiale et temporelle des modélisations pour des prédictions locales précises, et encore le risque qu’une stratégie d’adaptation trop focalisé sur la précision des prédictions conduise à la maladaptation.  La question de la modélisation des précipitations à été aussi longuement discuté dans ce contexte.  Lié à cela apparaît finalement la question  particulièrement controversé de la prédiction des événements extrêmes et du problème de leurs causes.

En lien avec la question des modèles, s’est posé encore celle de la gouvernance de l’adaptation et le rôle des instruments pour mettre en œuvre les politiques d’adaptation. Cette question apparaît comme étant très pertinente pour les pays qui ont une forte culture de la planification.

En plus de ces questions, on est revenu sur quelques exemples de projets d’adaptation en Europe et dans les pays en développement, ainsi que des exemples touchant à différents secteurs (l’agriculture, la santé, les migrations) on été discutés. 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *