Réunion 1 « Démarrage »

La première réunion du projet MEDEA s’est tenue le 2 novembre 2011 au LSCE à Saclay avec la participation de Valérie Masson-Delmotte, Alain Mazaud, et Gilles Ramstein côté LSCE, et Tommaso Venturini, Nicolas Baya-Laffite, Axel Meunier côté Sciences po.

Dans un premier moment, la discussion a porté sur l’approche et les outils de la cartographie de controverses développés par Sciences Po, sur la base de quelques exemples issus du Cours de Cartographie de Controverses. Ensuite, on a commencé à explorer les questions posées par l’adaptation aux impacts des changements climatiques suscitant des débats en France.

La discussion s’est appuyé sur la base de quelques points centraux du Plan national d’adaptation au changement climatique pour discuter de la déclinaison de la problématique de l’adaptation dans différents secteurs (aménagement du territoire, agriculture, viticulture, gestion des forets, énergie, tourisme, infrastructures de transport, migrations, santé, assurances etc.). Le rapport entre changement climatique, extrêmes climatiques, vulnérabilité et adaptation fut abordé et illustré avec des quelques  exemples potentiellement intéressants.

Un des points importants discutés lors de cette réunion concerne notamment les tensions resultantes de la demande vis-à-vis des sciences du climat et particulièrement des communautés de modélisateurs, de prévoir le climat pour les prochains 10-30 ans dans le cadre du développement de stratégies d’adaptation. La régionalisation (l’étude des changements climatiques à échelle régionale) et l’utilisation nouvelle des modèles pour les études d’impact pour l’adaptation a conduit à l’émergence de nouvelles questions et conséquemment de nouveaux débats autour de questions techniques et de méthode relatives au raccourcissement des horizons temporels et spatiaux nécessaire pour répondre à cette demande. Le problème de l’irréductibilité de la cascade d’incertitudes épistémiques, stochastiques, et reflexives prend ici tout son sens. Une autre question discutée allant dans le même sens fut celle d’un rapprochement des services météo et de ce qu’on appelle les services climatiques pour le développement de prévisions régionales à court terme.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *